Les ménages dirigés par une femme rencontrent plus de difficultés

Accès aux services de santé

Le rapport d’analyse genre de l’impact de la pandémie Covid-19 sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages, réalisé par le Haut-commissariat au plan (HCP), en partenariat avec l’ONU Femmes, révèle la difficulté que rencontrent les ménages dirigés par des femmes pour accéder aux services de santé en période de confinement.

Les ménages dirigés par une femme ont rencontré plus de difficultés pour bénéficier des services de santé que les ménages dirigés par un homme en période de confinement. C’est l’une des principales conclusions d’un rapport réalisé par le Haut-commissariat au plan (HCP), en partenariat avec l’ONU Femmes. «Avant même de naitre, les enfants issus de familles dirigées par des femmes vivent une situation d’inégalité des chances aggravée par la crise.

L’écart d’accès aux soins de santé reproductive entre ces ménages, est encore plus significatif lorsqu’ils résident en milieu rural avec une différence de 46 points de pourcentage, soit 17% pour les chefs de ménage femmes, contre 63% pour les chefs de ménage hommes», indique le rapport d’analyse genre de l’impact de la pandémie Covid-19 sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.

Cette situation est plus prégnante en milieu rural, relève la même source, notant que dans les ménages dirigés par les hommes, il y a près de deux fois plus de chances d’accéder aux services de soins prénatals et postnatals que pour les membres des ménages dirigés par des femmes (37%). Comme il s’agit de soins accordés gratuitement dans les unités hospitalières publiques, la différence observée est vraisemblablement inhérente aux coûts d’accès. De même, pour les services de vaccination, une différence de 17 points de pourcentage est constatée, soit respectivement 57%, contre 40%.

Conséquences de la crise sanitaire
Lorsqu’on classe les ménages selon le niveau scolaire du chef de ménage, les disparités sont plus prononcées. Le rapport relève ainsi que dans la catégorie des ménages où tous les membres n’ont aucun niveau d’études, il y a moins de chances d’accès aux services de santé reproductive pour les membres des ménages dirigés par des femmes (49%) par rapport à ceux dirigés par des hommes (65%).

Ce rapport analyse les conséquences de la crise sanitaire ainsi que des diverses dispositions prises pour en atténuer les effets. Il met en exergue la dimension genre dans l’acuité du vécu de la crise et les bénéfices tirés des politiques publiques palliatives implémentées.

Rappelons que le rapport s’inscrit dans le cadre du programme de partenariat entre le HCP et ONU-Femmes intitulé «Les Femmes Comptent», dont l’objectif est de promouvoir un environnement institutionnel favorable à la production, la généralisation et l’utilisation des statistiques sensibles au genre, renforcer la production de statistiques sensibles au genre et appuyer la diffusion et l’accessibilité des statistiques sensibles au genre auprès de l’ensemble des utilisateurs au Maroc.