Mehdi Reddad, au nom de l'"exception" maroco-française

LÉGISLATIVES FRANÇAISES

Candidat du parti Horizons, Mehdi Reddad compte notamment sur son appui à la souveraineté du Maroc sur son Sahara pour rafler la mise au premier tour des élections prévues ce 5 juin 2022 au niveau de la neuvième circonscription française.

Le Maroc, Mehdi Reddad ne s’y trouve pas pour faire du tourisme. Né dans la ville de Casablanca dans une famille ayant fait fortune dans l’hôtellerie dans la région de Béni Mellal, ce chef d’entreprise quadragénaire y a quasiment vécu toute sa vie, sans compter qu’il en porte également la nationalité. Ce dont, soulignet- il, pas tous ses adversaires pour le premier tour des législatives françaises, prévues ce 5 juin 2022 pour ce qui s’agit de la neuvième circonscription correspondant au Maghreb et à l’Afrique de l’Ouest, peuvent se prévaloir. Il les catalogue d’ailleurs ouvertement de “touristes de la République”.

“Ils vivent en France, ne se rendent pratiquement jamais dans la neuvième circonscription, n’en parlent même pas, ce qui en dit long sur l’intérêt qu’ils portent aux citoyens français qui y vivent, et, le scrutin venu, s’y présentent à défaut d’avoir réussi à obtenir une fonction ailleurs. Ce sont là “des faits irréfragables,” s’indigne M. Reddad, qui, sans donner de nom, semble viser Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes dans le gouvernement Jean Castex et qui n’a pas été reconduite dans celui que dirige depuis le 16 mai 2022 Elisabeth Borne: originaire du Cap- Vert, également compris dans la neuvième circonscription, Mme Moreno a, ainsi, été investie par La République en marche (LREM), le parti du président français, Emmanuel Macron, dont, soit dit en passant, M. Reddad avait longtemps été le référent au Maroc avant de s’engager au sein de Horizons, le parti lancé le 9 octobre 2021 par l’ancien premier ministre, Édouard Philippe.

Ainsi M. Reddad voit-il sans doute en Mme Moreno sa principale adversaire, et si cela peut tomber sous le sens au regard du poids dont LREM continue de jouir en dépit de la montée annoncée du Rassemblement national (RN) et du Parti de gauche (PDG), il n’en reste pas moins que le Franco-Marocain détient sans doute, en plus de son ancrage local, un argument de poids à faire valoir notamment auprès des électeurs binationaux, comme lui: son soutien affiché à l’intégrité territoriale du Maroc. Dans une newsletter diffusée le 24 mai 2022 auprès de la communauté française résidant dans le Royaume, M. Reddad s’était, en effet, engagé, s’il est élu, à agir pour que l’Assemblée nationale, la première chambre du parlement français, vote une résolution reconnaissant la marocanité de la région du Sahara, et ce en réunissant des députés de divers bords politiques.

Une relation d’exception
Aucun autre candidat n’est allé aussi loin, même si tous, y compris Mme Moreno, ont plus ou moins apporté leur soutien à l’initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie, appuyée par l’État français lui-même depuis que le Maroc l’a soumise à la discrétion du Conseil de sécurité en avril 2007. “Nos amis américains l’ont fait, il est temps que nous en fassions de même.

Il en va de la pérennité de la relation d’exception qui, à mon sens, unit la France et le Maroc,” souligne-t-il. M. Reddad souhaite aussi agir au niveau du nombre de visas octroyés aux citoyens marocains, réduit de 50% le 28 septembre 2021 pour soi-disant manque de coopération de la part du Maroc au niveau de la lutte contre la migration irrégulière -le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait taxé l’initiative d’“injustifiée” dans la foulée-, mais il y a également les questions d’intérêt franco- français intéressant la vie de tous les jours des Français du Maroc: suppression des frais de scolarité dans les écoles de la Mission, protection médicale par le biais de la carte Vitale ou encore l’amélioration des prestations délivrées par les consulats -M. Reddad avait, à ce dernier égard, été élu conseiller consulaire fin mai 2021 par ses concitoyens français. Rendez-vous donc donné aux bureaux de vote pour voir si la neuvième circonscription aura accroché...