Le mégaprojet ferroviaire marocain séduit les investisseurs espagnols


Le Maroc tente d’attirer des entreprises et les investissements espagnols, s’appuyant sur sa stabilité, sa position et ses infrastructures. Autant d’avantages exposés lors de la rencontre d’affaires ayant réuni à Madrid 150 hommes d’affaires marocains et espagnols.

Après la Déclaration conjointe bilatérale, établie suite à la rencontre entre le Roi Mohammed VI et le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, en avril 2022 à Rabat, et la Réunion de Haut Niveau (RAN) qui s’est tenue en février 2023 à Rabat, le terrain a été balisé pour une nouvelle ère dans les relations hispano-marocaines marquée par la confiance et la volonté de continuer à approfondir la coopération bilatérale dans divers domaines. C’est ce qui a encouragé à l’organisation d’une rencontre d’affaires sous le slogan « Investir au Maroc pour la prospérité commune » , lundi 22 mai 2023 à Madrid, à laquelle ont participé des hommes politiques, des hommes d’affaires et des ambassadeurs des deux pays.

Multiplication des échanges
«Au cours des vingt dernières années, nous avons collectivement multiplié les échanges commerciaux par 5, et nous devons veiller à ce que cette tendance reste solide. Cependant, il existe une marge de progression importante en termes d’investissement», a déclaré Mohcine Jazouli, le ministre délégué en charge de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, dans son allocution d’ouverture.


En effet, depuis quelques années, l’Espagne est devenue le premier partenaire commercial du Maroc, qui est, quant à lui, le 2e partenaire non-européen de l’Espagne. En 2022, le volume des échanges commerciaux a atteint près de 20 milliards d’euros. Plus de 800 entreprises espagnoles sont déjà installées dans le Royaume. Afin d’augmenter les investissements espagnols au Maroc et vice versa, cette rencontre, initiée conjointement par le Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES), la Confédération générale des entreprises au Maroc (CGEM), la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales (CEOE) et la Chambre de commerce espagnole, a réuni près de 150 chefs d’entreprises marocains et espagnols.

Expériences positives
Les entreprises espagnoles de construction ferroviaire, les entreprises de génie civil et leurs industries auxiliaires ont dans leur ligne de mire le projet de nouveau réseau ferroviaire à grande vitesse au Maroc. Un mégaplan de près de 400 milliards de dirhams visant à étendre ses lignes ferroviaires et renouveler son matériel roulant. Les grandes entreprises espagnoles ont commencé à prendre position. Le plus grand rival de l’Espagne est la France, étant donné que Alstom a lancé la première ligne à grande vitesse du pays. Plusieurs entreprises espagnoles se sont déjà implantées au Maroc comme Antolín, ALSA, Baleria ou Erum. Elles ont qualifié leurs expériences de positives, a révélé María Helena Antolín, vice-présidente du groupe Antolín.

Aller plus loin en Europe
D’autre part, Jorge Cosmen, président d’ALSA, a souligné la modernisation que le Maroc a connue ces dernières années. «Le Maroc est le marché où nous sommes le plus satisfaits, nous espérons y être encore de nombreuses années», a-t-il déclaré. Adil Rais, co-président du Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES), a assuré que le CEMAES guide les entreprises pour que les investissements se fassent intelligemment et a présenté l’Espagne comme «une plate-forme pour aller plus loin en Europe». M. González, co-président espagnol du CEMAES, a encouragé les hommes d’affaires espagnols à investir au Maroc. «Le Maroc n’est pas seulement un pays avec un secteur primaire fort, il a aussi un secteur industriel. Nous devons mieux connaître le Maroc», a-t-il souligné. Il a également rappelé que les chaînes d’approvisionnement dans le domaine industriel sont de plus en plus courtes et rapprochées. « L’avenir est lié à la fiabilité et à la stabilité. C’est le cas au Maroc», a-t-il lancé.

L’important investissement, initié par le Roi Mohammed VI, dans les infrastructures a fait du Royaume le leader du continent. Le port de Tanger, les 150 zones industrielles, les 19 aéroports internationaux et une ligne ferroviaire à grande vitesse, la seule en Afrique, le distinguent aux yeux des hommes d’affaires espagnols.

Articles similaires