Les médecins du public en grève les 4 et 5 novembre

Le gouvernement avait près d’un mois pour éviter cette grève

Face à l’inertie du gouvernement, les médecins du secteur public passent à l’acte. Comme annoncé le 10 octobre, ils entament une grève de 48 heures en plus de plusieurs manifestations au niveau régional et national.

Annoncée le 10 octobre 2020, la grève des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du secteur public aura bien lieu les 4 et 5 novembre. Une grève de 48 heures où seulement les services de réanimation et d’urgences resteront ouverts au public. Le gouvernement et le ministère de la Santé, en particulier, avaient près d’un mois pour éviter cette action syndicale légitime certes, mais non sans conséquences.

«Nous avons, à maintes reprises, rappelé nos revendications légitimes face à un gouvernement qui refuse de respecter ses engagements et qui opte pour la politique de l’autruche. Le ministère de la Santé a préféré faire la sourde oreille ces dernières semaines. Nous n’avons pas le choix. Nous allons monter au créneau et multiplier nos actions syndicales», souligne le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP).

Marche sur le parlement
Pour le syndicat, le gouvernement a failli à ses responsabilités en refusant d’activer plusieurs dossiers dans le cadre du dialogue social et sur lesquels les deux parties avaient trouvé des accords. Un mépris pour le corps médical, surtout en cette période exceptionnelle où ces derniers ont fait preuve «d’abnégation, de sacrifice et d’efforts incommensurables et ce depuis mars 2020» souligne le SIMSP. Ce dernier rappelle que sa priorité actuelle, dans le cadre de son dossier revendicatif, demeure l’axe relatif à l’indice-échelon 509 dans le calcul des salaires.

Un indice qui devra faire augmenter le salaire des médecins de 3.600 dirhams, à 12.300 dirhams mensuels, ceci sans oublier les compensations pour la garde et le service obligatoire. Outre la grève des mercredi et jeudi 2020, plusieurs sit-in seront organisés au niveau régional et devant le siège du ministère de la Santé et celui de l’Economie et des Finances. Une marche, du siège du ministère de tutelle au parlement, est également prévue. En signe de protestation, les médecins seront vêtus d’une blouse noire et munis d’un brassard portant le numéro 509.

Une vague de démissions collectives est également mise sur la table par le syndicat. Pour les prochains mois, ce dernier annonce le boycott de plusieurs événements comme la campagne nationale de santé en milieu scolaire, en raison de l’absence de normes médicales et administratives, ainsi que les caravanes médicales et les tâches administratives non-médicales comme les rapports périodiques, le registre des accompagnateurs, les certificats médicaux, à part ceux de naissance et de décès et les réunions administratives et de formation.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger