Les médecins accusent les pharmaciens de vouloir intervenir dans la prescription médicale

Entre les médecins du secteur libéral et les pharmaciens d’officine, le torchon brûle. Les représentations syndicales et professionnelles de ces derniers veulent changer l’article 29 de la loi 17.04 portant code du médicament en ajoutant une nouvelle prérogative aux pharmaciens, celle de donner des substituts aux médicaments prescrits par les médecins en cas de rupture de stock.

La riposte vient du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL): «Ce sont deux professions qui doivent se respecter mutuellement. Il ne faut pas que l’une empiète sur les prérogatives de l’autre et vice versa. L’amendement de cet article 29 atteint en effet à une prérogative capitale des médecins, celle de la responsabilité thérapeutique des patients. Une étude réalisée par les représentants des pharmaciens montre que les médecins ne prescrivent que 20% des médicaments en vente publique. Les 80% sont vendus sans ordonnance, avec autorisation.

Notre intervention est donc epsilon. Nous ne sommes pas la cause de la rupture des stocks. Si une pharmacie n’a pas le médicament prescrit, elle n’a qu’à le commander. En cas de rupture à la source, le pharmacien peut nous appeler pour remplacer le médicament par un autre, celui que nous voyons qu’il répond aux signaux relevés après diagnostic du patient. On ne peut pas remplacer un médicament par un autre sans revenir au médecin, c’est trop risqué compte tenu de ses effets secondaires… Nous l’avons toujours dit, dans le domaine de la santé, il ne faut pas penser argent, il faut penser à la santé des patients», nous confie Dr Badreddine Dassouli, président du SNMSL.

En tout état de cause, du côté de l’industrie pharmaceutique, on assure qu’il n’y a pas de rupture de médicaments. Sauf s’il s’agit de quelques médicaments importés. Mais en général, rien pour l’heure ne justifie cet amendement. Car il comporte le risque que les patients recourent systématiquement aux pharmaciens sans passer par les médecins. Et les dérives qui peuvent en découler sont vraiment alarmantes.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger