Le Mazagan Beach & Golf Resort sera-t-il fermé ?

CRISE COVID-19

Le complexe hôtelier Mazagan Beach & Golf Resort passe par une véritable zone de turbulences. Une deuxième vague de licenciements est actuellement en cours.

Le Mazagan Beach & Golf Resort est en difficulté. Des licenciements sont en cours, touchant près d’une centaine d’employés, après une première vague qui a touché une soixantaine d’employés, fin juin, sur les 1.100 que compte le resort. Ces licenciements sont effectués à l’amiable et les employés reçoivent des indemnités. Pour ceux qui seront maintenus, ils verront leurs salaires réduits d’un peu plus de la moitié, mais avec une réduction du temps de travail. Les salaires de moins de 10.000 dirhams ne seront pas touchés par ces réductions.

«Nous avons respecté les lois en vigueur et les employés licenciés n’ont pas été lésés. C’était le dernier recours et nous le regrettons. Notre priorité, depuis mars, était la sauvegarde des emplois. Mais les restrictions progressives des autorités marocaines ont impacté notre resort», nous déclare Khadija El Idrissi, directrice communication, relations publiques et partenariats stratégiques au Mazagan Beach & Golf Resort. Mais ce qui a lourdement impacté le resort c’est la fermeture de l’espace jeux. Le casino contribue, en effet, fortement au chiffre d’affaires du complexe. «La fermeture de l’espace de jeux, depuis le 16 mars dernier, a été très pénalisant pour nous», regrette El Idrissi. En tout cas, malgré ces deux vagues de licenciements, le groupe n’a pas atteint le quota imposé par le gouvernement, qui est de 20% des employés. «Nous sommes au-dessous de ce quota et nous ne comptons pas l’atteindre ou le dépasser. Nous déployons énormément d’efforts pour sauvegarder le maximum d’emplois. Si la situation revient à la normale, les employés licenciés pourraient revenir», affirme-t-elle.

Outre ces licenciements, des réflexions sont actuellement menées par la direction pour décider du sort du complexe. Des suspensions seront opérées au niveau de plusieurs activités comme le centre de conférences, plusieurs restaurants et peut-être l’hôtel, qui comporte 500 chambres, nous confie une source proche du dossier. «La suspension de l’activité hébergement sera notre dernier recours. Pour le moment, la décision n’a pas encore été prise», nous répond El Idrissi. Le golf, l’espace fitness et le restaurant du golf resteront, quant à eux, opérationnels.

Ambitions maintenues
Au vu du contexte actuel et du manque de visibilité, il y aurait de fortes chances que l’activité hébergement soit suspendue. La saison estivale étant terminée, celle hivernale est plus connue pour le développement d’offres MICE, des offres qui font la réputation du resort en cette période. «Nous sommes connus pour les activités MICE et de team building, mais avec la fermeture de la plage, des bars et de l’animation, nous ne pourrons plus offrir de telles prestations», se désole El Idrissi, qui regrette le maintien de ces restrictions. Pourtant, le resort a investi 3 millions de dirhams pour tout ce qui est mesures sanitaires et aucun cas Covid-19 n’a été détecté depuis mars, nous affirme El Idrissi.

Face à ces difficultés, le groupe Kerzner serait-il amené à se délester de son joyau marocain? «Il n’y aura ni fermeture du resort ni cession. Nous allons essayer de survivre et nous maintenons nos ambitions», nous confie El Idrissi. En attendant une meilleure visibilité et un retour à la normale, le resort travaille sur plusieurs projets comme le lancement imminent d’une académie dans les métiers de l’hôtellerie, en partenariat avec l’ANAPEC. Une conférence de presse sera organisée la semaine prochaine pour annoncer ce projet ainsi que l’initiation d’expositions et la promotion des produits de terroir.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger