Marrakech, capitale de la tolérance religieuse

congres-marrakech-non-musulman


Le Maroc abrite le Sommet sur la protection des non-musulmans


C’est un événement inédit.  Marrakech a accueilli, 2  jours durant, du 25 au  27 janvier 2016, le sommet sur les  «Droits des minorités religieuses  dans les pays musulmans: le cadre  légal et l’appel à l’action». Organisé  à l’initiative du ministère des  Habbous et des Affaires islamiques,  ce sommet a vu la participation de  plus de 300 dignitaires religieux, des  savants musulmans, des juristes et  des représentants politiques de  pays musulmans ou à majorité  musulmane, dont l’Egypte, la  Turquie, l’Irak, le Pakistan ou  encore l’Iran y ont participé. Parmi  eux, le mufti pakistanais Muhamad  Taqi Usmani, l’ayatollah iranien  Mohaghegh Damad, le leader  chrétien irakien Khalid Amin Roumi  ou encore l’évêque palestinien  Munib Younan.


Lors de l’ouverture de ce Sommet,  le Roi Mohammed VI a adressé un  message aux participants, dans  lequel il a appelé à respecter les  minorités religieuses. «La question  dont vous allez débattre, à savoir  “les droits des minorités religieuses  en terre d’Islam” n’aurait, à priori,  pas lieu d’être posée, tant sont  connues les prescriptions et les  enseignements de l’Islam et du  patrimoine islamique en la matière.  Cependant, les faits qui ont conduit  à soulever la question dans la  conjoncture actuelle induisent pour  les musulmans le devoir de préciser que ces faits ne reposent sur aucun  des textes de référence en Islam.  (…) Rien ne nous paraît justifier, au  royaume du Maroc, que des minorités  religieuses soient privées de l’un  quelconque de leurs droits. (…) Nous  tenons de la sorte à persévérer sur la  voie tracée par Nos glorieux Aïeux».


Promouvoir le vivre-ensemble
Le Roi Mohammed VI a rappelé,  dans son discours, que feu le Sultan  Moulay El-Hassan avait fait don d’un  lot de terrain sur lequel se dresse  jusqu’à présent l’Eglise Anglicane de  Tanger, que feu le Roi Mohammed  V a pris sous sa protection les juifs  marocains pour les prémunir contre  la tyrannie du régime de Vichy, allié  des Nazis, et que feu le Roi Hassan  II, a pris l’initiative d’accueillir le  Pape Jean-Paul Il à l’occasion de la  première visite de celui-ci dans un  pays musulman.


A travers cet événement de grande  envergure, le Maroc cherche à  promouvoir le vivre-ensemble dans  un contexte où la région est fragilisée  par la montée de l’influence du  radicalisme au Maghreb, par le biais  de groupes tels qu’AQMI (Al Qaïda  au Maghreb islamique), responsable  récemment d’un attentat meurtrier  à Ouagadougou, au Burkina Faso,  visant les touristes occidentaux.


A la fin de ce sommet, les participants  ont formulé une nouvelle déclaration  inspirée de la Charte de Médine, du  prophète Sidna Mohammed, qui  a énuméré, il y a plus de 1.400 ans  déjà, les droits des non-musulmans  dans les sociétés musulmanes et la  protection de ces minorités