Marouane Hakam: "Quelques incertitudes scientifiques subsistent autour des vaccins"

Médecin, expert et enseignant en santé connectée

Personne ne sait quelle a été la conclusion ou l’avis de la commission scientifique qui justifierait l’utilisation du tel ou tel vaccin, sachant que les deux vaccins de Sinopharm et d’Astrazeneca sont toujours en phase de test. Le point sur les risques encourus et le degré d’innocuité des vaccins avec Dr Marouane Hakam.

Le Roi a ordonné le lancement d’une opération de vaccination massive anti-Covid dans les prochaines semaines. A-t-on une idée précise du rapport de la commission scientifique sur la Covid-19 sur la base duquel cette décision a été prise?
Soyons clair, nous n’avons aucun doute quant au courage nécessaire pour prendre une décision pareille ni à la bonne foi de cette initiative, qui a pour seul but d’éradiquer, ou du moins de diminuer, l’augmentation exagérée des cas et la mortalité en cassant la chaîne par ce procédé vaccinal. Une décision qui est très certainement alimentée par la situation sanitaire du pays: Un système de santé défaillant depuis des décennies, un manque important de professionnels de santé… n’aident pas dans des conditions aussi alarmantes.

Toutefois, en tant que scientifiques avides de preuves et d’évidences, nous exhortons cette commission scientifique à partager les paramètres qui ont constitué leur plaidoyer en faveur de l’utilisation d’un ou de plusieurs vaccins encore en cours d’essai. Car quelques incertitudes scientifiques subsistent autour des vaccins tant que les tests cliniques ne sont pas terminés.

La communauté scientifique marocaine est-elle au courant des travaux et conclusions de ce comité ad hoc?
Pour l’anecdote, même la composition de cette commission n’est pas connue par la majorité des praticiens (et j’en fais partie). Nous avons besoin de ces paramètres qui constitueront notre argumentaire auprès de nos patients. Tout acte de soin, quel qu’il soit, ne peut se faire qu’après consentement éclairé du patient.

Peut-on se hasarder aujourd’hui à injecter massivement un ou des vaccins dont les études cliniques ne sont pas encore terminées? Quels risques encourt-on? Sait-on au moins la durée de l’immunité induite par les vaccins de Sinopharm et d’AstraZeneca ou la certitude par rapport à leurs effets indésirables?
En termes d’innocuité ou d’efficacité à court terme, il n’y a aucun risque. Les vaccins sont testés depuis déjà près de 9 mois (d’abord sur des petits groupuscules de quelques dizaines de patients et ensuite en phase III sur plusieurs dizaines de milliers de volontaires sains).

Ce qui constitue de vraies zones d’ombre, c’est l’innocuité à long terme (et pour cela, l’évaluation du ou des vaccins devra durer jusqu’à juin 2021 pour le vaccin chinois et beaucoup plus pour les autres) et la persistance de l’immunisation acquise. En gros, personne ne sait quelle est la durée de couverture qui sera générée par ces vaccins. Si c’est quelques mois, un an ou plusieurs années.

Que ferait-on si, au final, cette immunité induite par le ou les vaccins ne dépasse pas quelques mois? allons-nous devoir revacciner? Quant aux effets indésirables, tous les candidats vaccins décrivent des manifestations habituelles comme la douleur ou le gonflement à l’endroit de l’injection, parfois un peu de fièvre. Mais, comme explicité précédemment, nous parlons d’un recul de quelques mois seulement...

Prise en charge des malades du COVID-19 par les cliniques privées

Face aux multiples abus constatés ces derniers temps, l’Agence nationale de l’assurance maladie entre en ligne avec la mise en place d’une plateforme électronique ouverte aux réclamations des pati

Lire la suite

Le gouvernement ne voit rien, n'entend rien, ne dit rien

Un système de santé défaillant depuis des décennies. Un manque important de professionnels de santé. Des patients Covid qui peinent à se faire tester. Une prise en charge inaccessible. Une rétenti

Lire la suite