Oui, le Maroc tient la France, voilà comment !

Réponse à l'imagination fertile des médias français


Aigrie, Paris tente de camoufler ses déboires auprès de l’opinion publique française et européenne. L’argument servi pour manipuler le public a consisté cette fois-ci à poser la France comme un Etat menacé. Le Maroc, «la superpuissance», lui voudrait du mal par tous les bouts.

Passons aux aveux. La dernière réunion du Comité de défense et de sécurité nationale, tenue à l’Elysée, était sous écoute. Depuis leurs bureaux respectifs à Rabat, Abdellatif Hammouchi et Mohamed Yassine Mansouri suivaient en temps réel la discussion censée être ultra-secrète entre le président Emmanuel Macron, la Première ministre, Élisabeth Borne, général d’armée et chef d’état-major des armées, Thierry Burkhard, et le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler. Oui, madame Vanessa Ratignier, journaliste de Marianne, vous avez entièrement raison. Le Maroc tient la France.

C’est que le Royaume est très fort en matière d’espionnage, kif kif la CIA et le KGB réunis. Je vous livre une petite confidence. Ils sont 6000 agents secrets marocains, efficaces, disséminés partout en France, du sommet de l’Etat au conseil municipal d’Ivry-sur-Seine. Il a, aussi, d’autres agents infiltrés à Bruxelles et Strasbourg, certains sont même proches des ministres sur qui ils exercent une grande influence, mais aussi sur des députés et des commissaires européens. Ne me demandez pas de citer des noms. Ils risquent d’être grillés. Je ne veux surtout pas fâcher M. Mansouri.

Nos services de renseignements sont incontournables. Ils ont pour clients entre autres, le patron de votre service de Renseignements extérieur DGSE, Bernard Emié, qui vient s’alimenter en renseignements à Rabat. D’ailleurs, tous vos services de renseignements, comme ceux de Belgique, d’Allemagne, de Pologne… voire même la CIA, dépendent des informations de nos braves espions. En particulier dans le domaine du terrorisme et de la cybercriminalité. Nous les invitons au même titre que vos décideurs économiques à séjourner au Maroc. Parfois à la mythique Mamounia à Marrakech.


Ou encore à la «Gazelle d’or» à Taroudant, endroit favori de feu Jacques Chirac et son épouse Bernadette. Nous les envoûtons par notre thé à la menthe et par la «danse du ventre». Nous ne lésinons pas sur les moyens. Jusqu’au dernier sou pour les faire adhérer à notre cause. Nous ne les efforçons pas. Ils finissent par s’y habituer. Côté manipulation et corruption, personne ne nous arrive à la cheville. Trêve de plaisanterie à présent, puisque vous, les Français, vous finirez par tout croire.

La France est enragée. Elle est lassée de voir échouer ses coups bas contre le Maroc. Rien ne lui réussit. Même pas ses manoeuvres à l’intérieur de l’hémicycle européen, de l’affaire de corruption «MarocGate» au faux procès d’espionnage ‘’Pegasus’’ en passant par la résolution sur la situation de la liberté d’expression au Maroc. Tout foire. Aigrie, Paris tente de camoufler ses déboires auprès de l’opinion publique française et européenne. Elle fait donc appel plus aux émotions qu’à l’information. L’argument servi pour manipuler le public a consisté cette fois-ci à poser la France comme un Etat menacé.

Le Maroc, «la superpuissance», lui voudrait du mal par tous les bouts. Cette mission délicate a été confiée au magazine hebdomadaire Marianne et à la chaîne publique France 5. Marianne a titré son numéro du 16 au 23 février 2023 «Espionnage, lobbying, infiltration, people, cannabis et immigration: Comment le Maroc nous tient». Tout un programme. A l’appui d’un dossier savamment truffé de divagations et d’extravasions malveillantes, de la propagande à la façon stalinienne. Le timing est le facteur clé. Le magazine a choisi le moment idéal pour faire avaler des couleuvres à l’opinion publique française. Et par extension à l’opinion publique marocaine.

Marianne observe que l’«ancien protectorat déploie ses réseaux dans tous les rouages de la République, du sommet de l’Etat au conseil municipal d’Ivry-sur-Seine». C’est écrit avec un style qui rappelle les plaintes du régime algérien dénonçant le «grand pouvoir de nuisance» du Maroc. C’est juste un clin d’oeil. Vous voulez un autre clin d’oeil, le voici : France 5 a titré ‘’Soupçon d’ingérence à BFMTV : derrière le cas de Rachid M’Barki (pauvre M’Barki, victime toute désignée, à cause de ses origines marocaines). L’enquête Story Killers révèle le rôle d’une agence de désinformation israélienne’’. Israël et le Maroc, une menace ? Cela ne vous rappelle-t-il pas les dépêches de l’agence de presse publique algérienne APS, précisément sur l'alliance maroco-israélienne comme menace de la stabilité de l’Algérie ? Voilà qui dépasse tout entendement !.

Articles similaires