Maroc: L’écrasante majorité des détenus pour terrorisme ont un faible niveau d'instruction

Lors d’une journée d’étude organisée jeudi 19 mai 2022 portant sur la gestion des détenus poursuivis pour des faits d’extrémisme et de terrorisme, la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a révélé que jusqu’au 16 mai 2022, le nombre total de cette catégorie est de 842 personnes, dont deux femmes, réparties dans 14 prisons.

Sur les 842 détenus, 767 ont prêté allégeance à l’Organisation l’Etat islamique (Daech), soit 91,1% alors que 75 appartiennent à la Salafiya jihadiya, soit 8,9%.

Les statistiques révélées par la DGAPR montrent que 58,91% des détenus ont un faible niveau d'instruction, dont 47 personnes n’ayant jamais fréquenté une école, alors que 21,38% ont un niveau moyen et 19,71% un niveau universitaire. Y a-t-il un lien entre le niveau d’instruction et leur embrigadement? Tout porte à le croire.

Maintenant y a-t-il une relation entre l’âge des terroristes et leurs idéologies extrémistes? On apprend que 78% des détenus ont entre 20 et 40 ans, au moment où les 40-60 ans représentent près de 20%. Le niveau de maturité peut, lui aussi, expliquer leur enrôlement idéologique. En outre, sur les 842 détenus pour terrorisme, 1,6% sont des étrangers ou des binationaux. Il s'agit d'un Belgo-marocain et un Franco-marocain, un Algérien, un Tchadien, un Suisse-espagnol, un Suisse, un Syrien, un irakien et trois Franco-algériens. Aussi, 17 détenus pour terrorisme sont condamnés à mort (3,62%) et 23 à perpétuité, dont 6 détenus en lien avec les événements d'Atlas Asni d’août 1994 (4,90%), alors que 22 personnes purgent des peines de prison allant de 20 à 30 ans, 85 entre 10 et 20 ans, 172 entre 5 à 10 ans, 137 entre 2 à 5 ans et 13 détenus inférieure à deux ans.