Le Maroc s'apprête à adopter un projet de loi sur la légalisation du cannabis

CONSEIL DE GOUVERNEMENT

Le Maroc s’achemine probablement vers une légalisation du cannabis. Un projet de loi devra normalement être discuté lors du prochain conseil de gouvernement, prévu le jeudi 25 février 2021. Un projet de loi qui devrait encadrer cette légalisation qu’appellent de tous leurs voeux les agriculteurs du nord, qui ne possèdent que cette culture pour vivre. Et ce après l’échec de toutes les tentatives visant à trouver des cultures de substitution. Le gouvernement avait par le passé incité les agriculteurs du Nord à tourner le dos au cannabis en leur proposant de cultiver les oliviers.

Mais le temps a démontré l’échec de cette culture. Un échec qui s’explique par la nature du sol de cette région, qui semble adapté au cannabis. Il faut dire que ce projet de loi est une suite logique à la décision du Maroc de voter en faveur de cette légalisation du cannabis lors d’une réunion internationale aux Nations Unies. C’était lors d’une réunion de la commission des stupéfiants de l’ONU, qui a décidé de reconnaître au cannabis des vertus thérapeutiques. Le Maroc s’est inscrit entièrement dans cette décision onusienne. Il faut rappeler que la culture du cannabis dessine les paysages agricoles du nord depuis de décennies. Elle fait vivre des familles entières et se transmet de génération en génération.

Pourtant, au Maroc, le kif reste totalement illégal. C’est à dire que sa vente, son achat et sa consommation sont passibles de peines de prison. Les cultures de cannabis s’étendent sur 50.000 hectares et le Maroc bénéficie d’“un savoir-faire ancestral”. Le business du cannabis, s’il devenait légal, rapporterait gros. Les gains sont ainsi évalués à 100 milliards de dirhams. Depuis quelques années, l’idée fait son chemin au Maroc, mais le Royaume n’a jamais sauté le pas. Avec ce projet de loi, le Maroc pourrait officiellement franchir le pas et sera ainsi l’un des premiers pays au monde à légaliser cette plante aux vertus médicales considérables.