BP swipe-970x250

Le Maroc a importé plus d’un million de tonnes de céréales de France durant l’été 2022

La France a exporté vers le Maroc “plus d’un million” de tonnes de céréales durant l’été 2022. Un chiffre qui consacre le statut de ce pays européen comme fournisseur “privilégié” du Royaume, selon Intercéréales France. Un chiffre révélé en marge des discussions tenues ce mardi 5 octobre à Casablanca, entre les professionnels des activités céréalières des deux pays, à l'occasion des "Rencontres 2022 franco-marocaines des céréales".

D’après les professionnels français, le Royaume devra s'approvisionner sur le marché mondial à raison de 5 Mt de blé meunier, 600 Kt de blé dur, 500 Kt d’orge et plus de 2,5 Mt de maïs qui devront être importés durant cette campagne, d'après Intercéréales France.

Lors de cette 25ème édition du rendez-vous annuel des deux filières céréalières, à laquelle ont pris part 300 participants, dont plus de 30 venus de l'étranger, les représentants d'Intercéréales France (anciennement France export céréales) ont mis en lumière les efforts constants du Maroc en matière de plans stratégiques de développement agricole pour combler l'impact du déficit pluviométrique qui affecte le monde en raison du réchauffement climatique.

S'exprimant dans une déclaration à la MAP, l'agriculteur céréalier et président des Relations internationales d'Intercéréales France, Philippe Heusele, a souligné les relations exemplaires qu'entretiennent les deux filières céréalières marocaine et française, qui travaillent conjointement à l'amélioration des techniques de cultures ainsi que des méthodes de transformation des céréales. A ce titre, Intercéréales France et la Fédération Nationale de la Minoterie marocaine (FNM) ont profité de cette journée pour signer un accord-cadre de coopération technique les engageant à partager bon nombre de savoir-faire et bonnes pratiques dans leurs domaines d'expertise.

Cette coopération technique ne se limite pas aux échanges France-Maroc, puisque l'Institut de formation de l’industrie meunière de Casablanca (IFIM) accueille en ce moment des techniciens de moulins d'Afrique subsaharienne bénéficiant d'une formation à la meunerie financée par Intercéréales France. Les 11 bénéficiaires, issus de 10 sociétés exerçant dans 6 pays africains, ont assisté à ce séminaire au cours duquel des diplômes leur ont été livrés.

Par ailleurs, ce séminaire a également été l'occasion de présenter les résultats de la nouvelle récolte céréalière française, laquelle a enregistré un volume 34,1 millions de tonnes (Mt) de blé meunier, 1,4 Mt de blé dur et 11,4 Mt d'orge. Selon les organisateurs, le produit de cette campagne, qui témoigne de la résilience de la France comme un des principaux acteurs du marché des céréales, saura répondre aux demandes des clients et partenaires internationaux de la France qui prévoit d’exporter, en dehors de l’Union européenne, près de 10 Mt de blé meunier.

Cette rencontre a, en outre, permis de faire le point sur les tendances et perspectives du marché céréalier au niveau mondial. Dans un contexte géopolitique international tendu, les experts ont convenu d'affirmer que les problématiques de logistique seront un enjeu majeur malgré des productions mondiales satisfaisantes.

Chaque année, ces rencontres franco-marocaines sont l’occasion d'aborder des sujets de fond ou d'actualité, en lien avec les filières céréalières des deux pays. Cette année, les principaux thèmes retenus ont été le "Changement climatique" et la "Responsabilité Sociétale des Entreprises". A l'issue de ce séminaire, les céréaliers français ont exprimé leur souhait que la campagne de commercialisation qui démarre soit l’occasion de consolider et de renforcer davantage les échanges bilatéraux.

L. K.

Articles similaires