CGAM Hssabe 970X250

Le Maroc troisième exportateur mondial de mandarines

MARCHÉ DE LA MANDARINE

Le Maroc devient le troisième exportateur mondial de mandarines, grâce aux importantes quantités exportées entre 2015 et 2020, et les bonnes perspectives pour l’année 2021. Le Royaume est aussi le 4e producteur mondial de ces fruits.

Les mandarines marocaines séduisent de plus en plus les papilles gustatives des consommateurs du monde. Le Maroc en a exporté en moyenne plus de 508.000 tonnes par an entre 2015 et 2020, selon l’Association des producteurs d’agrumes d’Afrique australe (CGA), membre de l’Organisation mondiale des agrumes (WCO, World Citrus Organization). Ce qui fait de lui le 3e exportateur mondial de ces fruits, derrière la Turquie avec ses 759.000 tonnes par an et la Chine (644.000 tonnes). L’Afrique du Sud et l’Union européenne (UE) occupent les 4e et 5e places avec respectivement 294.000 tonnes et 228.000 tonnes.

La Russie, considérée comme leader dans les importations de ces fruits, demeure l’un des principaux clients de la mandarine marocaine, avec une hausse notoire de 59% de ses importations au cours des dix premiers mois de 2020. En effet, le boycott des produits de l’Union européenne contraint Moscou à se tourner vers d’autres partenaires pour approvisionner son marché. Au grand bonheur des producteurs marocains. Outre le pays de Poutine, le Maroc effectue aussi des livraisons dans les pays de l’UE et d’Afrique de l’Ouest, notamment le Sénégal, à travers le passage d’El Guergarate. Sur le champ de la production, le Royaume enregistre aussi de bonnes récoltes en se classant 4e dans le monde avec 1,172 millions de tonnes.

Quatrième producteur mondial
La Chine caracole en tête avec une moyenne annuelle de 21,687 millions de tonnes, suivie de l’Union européenne (3,1 millions de T) et la Turquie (1,45 million de T). D’après la CGA, le Maroc exporte 43% de sa production, contrairement à Pékin, qui n’expédie que 3% de sa production et commercialise la plupart des mandarines cultivées sur le marché intérieur. Seules la Turquie et l’Afrique du Sud font mieux que lui en consacrant 52% et 79% de leurs récoltes. Le pays d’Erdogan apparaît d’ailleurs comme un concurrent de poids pour le Maroc dans ce business très juteux des agrumes, deuxième plus gros marché mondial de fruits, derrière celui de la banane. Les perspectives s’annoncent aussi prometteuses pour la filière, à en croire la CGA.

Des données publiées en 2020 par l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) avaient déjà classé le 4e producteur mondial de ces fruits avec une production de 1,28 million de tonnes en 2019 sur plus de 64.000 ha, et révélé une hausse annuelle de 1,6% de sa production de clémentines et de mandarines depuis 2014.

Globalement, les exportations marocaines d’agrumes sont très prisées sur le marché international, avec des livraisons de 650.000 tonnes en moyenne par an d’après la Fédération interprofessionnelle marocaine des agrumes (Maroc Citrus), et qui génèrent des revenus estimés à près de 3 milliards de dirhams par an. 35.900 tonnes ont été exportées à la date du 30 octobre 2020, contre 36.900 T durant la même période de la campagne de 2019, selon elle, soit une baisse de 3%.

La Russie est le premier marché destinataire avec 47% des exportations, suivie du Canada avec 24,5%, l’UE (14,5%), les pays du Golfe (7%), les Etats-Unis (4,1%), l’Afrique Subsaharienne (2,7%) et les autres marchés avec 0,2%.