LE MAROC A ENCORE ÉVITÉ LE PIRE !

UNE NOUVELLE CELLULE TERRORISTE MISE HORS D’ÉTAT DE NUIRE

Coronavirus ou pas, pas de répit pour la nébuleuse terroriste. Encore un vaste coup de filet qui a permis au Royaume d’éviter le pire. Le Maroc est une cible première des terroristes d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique).

L’information est encore fraîche. Certains se remettent encore du choc, tellement le pire a été évité. Le matin de ce jeudi 10 septembre 2020, très tôt, le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) a démantelé une cellule terroriste active dans plusieurs villes du Maroc. Les éléments du BCIJ ont notamment procédé à l’arrestation de quatre membres de cette cellule à Témara, Tiflet, Skhirat et Tanger, un dans chacune de ces quatre villes.

Cette opération antiterroriste a été menée aux premières heures. Elle a été menée sous la supervision du parquet de Rabat, et a été marquée par des tirs. Les éléments du BCIJ ont dû utiliser leurs armes de service pour maîtriser l’une des personnes interpellées. Le patron de la police et de la DST, Abdellatif Hammouchi, s’est rendu en personne dans l’un des lieux de cette opération, notamment à Témara. Voici une preuve de plus que même en période de crise sanitaire, la nébuleuse terroriste n’observe pas de répit et ne dort pas.

La vigilance s’impose de tout temps et en ces temps de crise où les terroristes pensent prendre de court nos sécuritaires. Mais que dalle! La veille était de mise. Les terroristes étaient suivis de près et sous surveillance. Plusieurs alertes provenant d’ambassades étrangères au Maroc, notamment celle des Etats-Unis, avaient pour message une imminente tentative d’attaque terroriste au Maroc.

Prédisposition à la violence
En octobre 2019, quelques jours seulement avant le raid américain en Syrie qui a permis de neutraliser définitivement le chef de Daech, le BCIJ a fait du beau travail. Plusieurs individus ayant prêté allégeance à l’EI ont été arrêtés à Chefchaouen, Ouezzane et Tamaris, à Casablanca, notamment le chef de file de la cellule. La mort du chef d’Al Qaida puis du chef d’AQMI a fait penser à la fin de cette organisation.

Mais il n’en fut rien. L’organisation terroriste Daech continue à recruter au Maroc dans les quartiers défavorisés principalement, notamment auprès des chômeurs et extrémistes religieux à la recherche d’un gagne-pain, ayant une prédisposition à la violence. Le premier contact se fait en ligne avant de fixer des rendez-vous pour un contact physique. Le commandement les finance pour préparer une opération qui peut durer quelques mois.

Si le Maroc en est sorti jusque-là sain et sauf, c’est grâce à la vigilance et à la collaboration entre le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) et la DST mais aussi à la banque centrale et les banques marocaines qui ont pris des mesures draconiennes pour éviter que des comptes inconnus ou des personnes suspectes commencent à verser de l’argent cash ou par virement à travers leurs comptes. La stabilité politique du Royaume dérange AQMI.

Mais aussi la capacité des chercheurs marocains dans la mouvance islamique à mettre à nu les thèses farfelues des terroristes qui leur servent à embrigader des jeunes de partout. La finalité ultime de ces terroristes: créer une branche du pseudo «Etat islamique», nommée «la Wilaya du Maroc islamique». Dans leurs rêves!


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger