Le Maroc vit une énorme pénurie de sang

La catastrophe sanitaire menace

4.200 poches de sang est le stock sanguin dont dispose actuellement le Maroc. Un niveau insuffisant qui permet de couvrir les besoins du pays pendant quatre jours seulement.

C’est officiel: le Maroc dispose actuellement d’un stock sanguin estimé à 4.200 poches de sang. C’est le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, qui l’avait déclaré à l’issue d’un conseil de gouvernement, mi-juin 2022. Ce stock, qui se trouve au niveau du Centre national de transfusion sanguine, suffit à peine à satisfaire les besoins du pays pendant quatre jours. Pour les spécialistes, la situation est non seulement inquiétante mais dramatique.

Le Maroc vit réellement une énorme pénurie de sang. Selon les recommandations de l’OMS, il faudrait avoir un stock suffisant qui couvre au minimum 7 jours de consommation et idéalement 12 jours. Cela veut dire que le Maroc devrait disposer de 7.000 poches de sang. Pour lutter contre cette pénurie, le ministère de la Santé a organisé récemment plusieurs campagnes de sensibilisation pour collecter plus de 1.000 poches par jour et atteindre 5.000 poches afin de constituer un stock stratégique de sang.

Gérer les besoins à long terme
Ce programme se base sur la mobilisation d’unités mobiles et d’équipements qui sont dédiés à la collecte et au stockage du sang, et la mise en place d’unités de don de sang dans les grandes villes. Le Centre national de transfusion sanguine ambitionne, dans le cadre de sa stratégie 2021-2023, d’établir une politique de proximité, en allant vers le donateur.

En plus, le ministère de tutelle veut créer des «maisons de don de sang», selon les normes internationales. Ceci s’inscrit dans une stratégie nationale, telle que présentée par Khalid Aït Taleb lors de son dernier passage au parlement. Le ministère de tutelle veut développer les centres de transfusion sanguine de sorte à améliorer leurs capacités et leurs conditions d’accueil. Mais ceci requiert d’augmenter le financement de ces centres. Il est aussi prévu de mettre en place une agence nationale qui va se positionner comme une instance à laquelle il incombe d’élaborer une politique nationale en matière de transfusion et gérer les besoins du pays à long terme.

Outre le peu d’entrain des Marocains à donner leur sang, la pandémie a freiné le don de sang au point que les réserves de produits sanguins ont chuté de 50%. Par conséquent, seuls quelque 500 dons sont effectués par jour au niveau national, en raison de l’abstention des donneurs à cause des mesures restrictives imposées par la pandémie, alors que le besoin quotidien en poches de sang au niveau national est estimé à 1.000 dons par jour pour pouvoir satisfaire les besoins des malades. Mais avant la crise du Coronavirus, la situation du don de sang au Maroc était pratiquement stable.

Chiffres à l’appui, en 2019, le total des dons était de 334.510, soit une augmentation de 4% par rapport à 2018, avec un plus de 13.174 dons. Ce qui représente une augmentation de 7%. Cependant, en 2022, en l’absence d’une réelle volonté des autorités, le Maroc pourrait affronter une grande pénurie de sang, ce qui présage d’une catastrophe médicale et sanitaire des plus dramatiques.