Les efforts du Maroc en matière d’économie bleue mis en avant à Malte


L’initiative WestMed vise à soutenir le développement durable de l’économie bleue et à renforcer son potentiel dans la région méditerranéenne

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, a mis en avant, vendredi, 23 juin 2023 à Malte, les efforts du Maroc en matière d’économie bleue, soulignant l’engagement du royaume dans les agendas mondiaux et régionaux qui visent un développement durable et inclusif du secteur. Conscient du potentiel économique considérable que recèlent les activités économiques bleues, le Royaume du Maroc s’est positionné depuis des années comme un acteur investi dans les agendas mondiaux et régionaux contribuant au développement d’une économie bleue durable et inclusive, notamment l’Agenda 2030 des Nations-Unies pour le Développement Durable, les Agendas internationaux d’action contre le changement climatique et l’érosion de la biodiversité, ainsi que l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, a fait savoir le responsable, lors de la réunion ministérielle de la Conférence des parties prenantes de l’initiative WestMed, tenue vendredi 23 juin 2023, à Birgu.

Recherche scientifique
Au niveau national, le Royaume a posé les jalons d’une vision cohérente qui intègre les fondements de l’économie bleue dans les différentes politiques et stratégies nationales, en l’occurrence la Stratégie Halieutis pour le développement du secteur de la pêche maritime et de l’aquaculture depuis 2010, le Nouveau modèle de développement de 2021, la Stratégie portuaire 2030 et la Stratégie nationale de développement durable 2030, a-t-il poursuivi.

Selon le ministre, la stratégie Halieutis pour le développement du secteur de la pêche maritime et de l’aquaculture a significativement contribué au renforcement des moyens techniques et financiers alloués à la recherche scientifique en la matière et la montée en performance en termes de surveillance environnementale et de suivi des ressources halieutiques, à même de garantir une gestion durable des écosystèmes marins et des ressources halieutiques, dont 95% sont gérées par des plans d’aménagement.

Par ailleurs, les secteurs du tourisme, du transport maritime et de la logistique portuaire ont connu des avancées notables de développement au niveau national, permettant une nette amélioration des indicateurs de connectivité maritime du pays, grâce notamment aux réalisations exceptionnelles enregistrées ces dernières années par les ports nationaux, notamment celui de Tanger-MED, a relevé M. Sadiki.


Convaincu de l’importance cruciale d’un système de gouvernance à même d’instaurer un dialogue de politique et de gestion entre les entités concernées par les activités bleues, le Royaume du Maroc vient d’instituer une Commission Interministérielle présidée par le Chef du Gouvernement, pour le développement de l’économie bleue, ayant pour mission de veiller à la cohérence des projets et des programmes nationaux et de statuer sur les grandes décisions visant le développement de l’économie bleue dans sa globalité, a-t il rappelé. S’agissant de l’initiative WestMED, le ministre a indiqué que le Maroc s’est engagé activement, durant la première phase, dans les activités menées dans ce cadre, et qui ont concerné une série de thématiques, dont notamment la planification spatiale maritime, le tourisme côtier, le développement portuaire et l’aquaculture.

La participation du Royaume à un ensemble d’ateliers et de hackathons a permis aux experts nationaux d’échanger avec leurs homologues des autres Parties sur les approches à préconiser pour s’inspirer des idées de projets présentés, en vue de concevoir le montage de projets adaptés aux spécificités nationales, a estimé le ministre, rappelant que le Maroc a organisé quatre ateliers nationaux et un atelier régional sur la planification spatiale maritime.

D’après lui, les efforts déployés, en matière d’élaboration de projets visant la diversification des activités économiques maritimes au niveau du littoral méditerranéen, doivent aboutir à l’émergence d’activités halieutiques, aquacoles et touristiques bleues florissantes, le tout inscrit dans un cadre de gestion intégrée visant un développement durable et inclusif.

Traçabilité des produits
Des actions en matière d’amélioration des chaines de valeur sont également en cours, notamment en termes d’efficience et de traçabilité des produits halieutiques à travers des programmes de digitalisation des flux et de certification des filières. S’ajoutent à cela des initiatives visant l’accroissement de la valeur ajoutée captée à travers les produits halieutiques impliquant des clusters de R&D Innovation et des haliopôles en développement, a t-il fait observer, évoquant également des études pour la mise en exploitation des énergies renouvelables marines visant l’accélération de la transition énergétique du Royaume.

Gouvernance maritime
L’engagement sans relâche du Maroc pour le développement de l’économie bleue s’est manifesté, récemment, à travers la conclusion d’un accord entre le Groupe de la Banque Mondiale et le gouvernement pour un prêt–programme d’un montant de 350 millions de dollars visant le développement des cadres institutionnels, la planification spatiale et l’amélioration des mécanismes de gestion intégrée des espaces et ressources naturelles marines, a-t-il fait savoir. Le programme inclut également le renforcement de certains secteurs d’activité dans les zones ciblées pour leur ancrage dans une économie bleue résiliente au changement climatique. Dans ce sens, le responsable marocain a souligné que la Conférence de Malte constitue un nouveau tournant dans cette initiative et une opportunité pour approfondir la réflexion sur l’approche à préconiser. La Conférence a adopté la Déclaration de Malte pour le développement de l’économie bleue dans la région méditerranéenne occidentale. Le texte représente un engagement collectif en faveur de la coopération régionale et du développement durable de l’économie bleue, tout en préservant les écosystèmes marins. L’initiative WestMed vise à soutenir le développement durable de l’économie bleue et à renforcer son potentiel dans la région méditerranéenne, en favorisant l’amélioration de la gouvernance maritime et en créant un environnement propice à la promotion de l’emploi et de l’innovation.

Articles similaires