CGAM Hssabe 970X250

Le Maroc premier importateur de dattes Tunisiennes

Comment réussir le défi de la production locale?

Avec 145.000 tonnes de dattes produites cette année, le Maroc se place à la 12ème place mondiale. Pour satisfaire une demande locale de plus en plus forte, il en importe entre 40 et 50.000 tonnes. De la Tunisie, le Royaume a importé plus de 20.000 tonnes entre octobre 2020 et mars 2021. Ce qui fait de notre pays le premier importateur des dattes tunisiennes.

On connait l’importance des dattes sur les tables marocaines pendant le Ramadan. Presque sacrées, les dattes constituent l’aliment essentiel qui accompagne souvent la rupture du jeûne. Selon le dernier communiqué du ministère de l’intérieur, le marché marocain est bien achalandé en produits dattiers en quantités suffisantes.

Outre les dattes locales, qui proviennent pour la plupart de la région d’Erfoud, célèbre oasis marocaine connue pour sa production florissante et de qualité, le Maroc est cité, selon le Groupement interprofessionnel tunisien des dattes, comme le premier importateur des dattes tunisiennes avec 20,7 mille tonnes durant la saison allant du 1er octobre 2020 au 15 mars 2021. La Tunisie n’est pas l’unique pays d’où le Maroc importe les dattes. Il les importe aussi d’Algérie, de Jordanie, d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis.

Une production record
On trouve également sur le marché marocain les dattes israéliennes, qui sont acheminées à travers la Jordanie. Mais avec la récente reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, il est prévu que le Royaume en importe directement d’Israël. En somme, le Maroc importe de l’étranger entre 40 et 50.000 milles tonnes. Une quantité considérable destinée à satisfaire la demande locale qui est de plus en plus importante.

Les variétés importées sont essentiellement le Deglet Nour, qui vient d’Algérie et de Tunisie. Il y a aussi le Sukkari, importé d’Arabie Saoudite et d’Emirats arabes unis. Vu les accords commerciaux préférentiels qui lient ces pays avec le Royaume, les variétés importées sont vendues à partir de 30 dirhams, ce qui est généralement attractif pour le consommateur marocain.

Au Maroc, la production avoisine les 145.000 tonnes de dattes, ce qui lui vaut la 12ème place au niveau mondial. Il faut dire que l’offre de cette année est abondante vu la production record de l’actuelle campagne et la mévente de la précédente causée par la pandémie. Le Royaume a le grand avantage de posséder une gamme variée des dattes. Parmi celles-ci, le Majhool, considérée comme la plus prisée mondialement.

Le Maroc en exporte à l’étranger, notamment en Afrique, au Moyen Orient, en Asie et en Europe. Le Majhool marocain est l’un des plus délicieux au monde. Le seul problème réside dans sa mise en valeur commerciale. Pour de nombreux experts, le Majhool marocain, malgré sa qualité naturelle irréprochable, souffre de problèmes sérieux de packaging, de conditionnement et de distribution.

Mais, en dehors de ça, la filière du palmier dattier a considérablement évolué, grâce au plan Maroc Vert, qui consacre à cette filière une place importante. Chaque année, Erfoud abrite le salon international des dattes, qui connait un grand succès auprès des producteurs nationaux et internationaux.

D’une filière traditionnelle en perdition à cause notamment de la maladie du Bayoud qui risque de décimer les zones de production, ce secteur vital est devenu une filière florissante avec des investissements de l’ordre de 8 milliards de dirhams. Source de revenus pour 2 millions de familles marocaines, le palmier dattier se développe désormais au gré d’un marché local certes important mais encore sous-exploité.