LE MAROC, UN CAS D’ÉCOLE

GESTION DE LA CRISE DU CORONAVIRUS

Grâce à la stratégie clairvoyante du Roi Mohammed VI, le Maroc a su gérer sereinement la crise du Coronavirus à bien des égards. La pandémie a été maîtrisée avec des dégâts économiques moins importants qu’ailleurs, mais surtout avec des pertes humaines parmi les plus faibles du monde.

Qui commence bien finit bien. Trois mois se sont écoulés. Comment peut-on oublier, en son âme et conscience, la clairvoyance du Roi Mohammed VI à l’aube de l’apparition des premiers cas de malades atteints du coronavirus, lorsqu’il a, par une réflexion proactive, ordonné la mise en place d’un Fonds de gestion de la pandémie du Covid-19 et le renforcement du dispositif de la médecine civile par celui de la médecine militaire dans la lutte contre la pandémie?

Le Roi a suivi de près l’exécution de ses orientations sur le terrain et l’évolution de la lutte, heure par heure, contre la pandémie et l’état d’avancement des aides aux ménages et entreprises les plus touchés via le Comité de veille économique qui gère le Fonds dédié, freinant l’onde de choc du virus sur la vie des Marocains et des entreprises vulnérables. Aujourd’hui, la résultante est on ne peut plus rassurante. Le Maroc a su gérer sereinement la crise du coronavirus. La pandémie a été maîtrisée avec des dégâts économiques certes, mais moins importants qu’ailleurs, et surtout avec des pertes humaines parmi les plus faibles au monde. La gestion de la pandémie du coronavirus a été, somme toute, au-delà de toutes les espérances, hormis, hélas, quelques failles communicationnelles du gouvernement.

Enseignements pour l’avenir
D’un confinement bien surveillé par un dispositif de sécurité draconien et majestueusement géré par un personnel médical dévoué et engagé à un déconfinement prudent et réfléchi, prélude à une levée de l’état d’urgence sanitaire qui annoncerait la réouverture des frontières, le tout a été mené de main de maître. Et on ne peut qu’en être fier! Et une autosuffisance en matériel de désinfection et de protection sanitaire qui a même provoqué des jalousies ailleurs.

Par ailleurs, les détails d’une relance économique en bonne et due forme sont en train de se mettre sur les rails, avec un engagement étatique clair à soutenir les entreprises dans le redémarrage de leurs activités. Le tourisme, en dépit du coup de massue qu’il a reçu, se réanime avec un engouement sans précédent des touristes nationaux pour l’offre locale. La vie reprend, petit à petit, son rythme normal. Et les compatriotes encore bloqués à l’étranger sont de retour à leur pays, lentement certes, mais dans une parfaite maîtrise des risques. La lenteur des premiers rapatriements est en train de céder la place à une célérité qui rassure ceux qui ont su prendre leur mal en patience.

Cette crise, globalement bien gérée, devra, au final, permettre de tirer des enseignements pour l’avenir. Que, pour ne citer que ces deux exemples, l’enseignement et la recherche scientifique et le sentiment de sécurité sont des biens inestimables auxquels il faudra désormais accorder toute l’importance qui leur sied dans le nouveau modèle économique du pays.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger