Maroc-Allemagne: Le geste de Steinmeier

En invitant le roi Mohammed VI à se rendre dans son pays, le président allemand démontre que ce n’est pas seulement le gouvernement Scholz qui souhaite se rabibocher avec le Royaume.

Ce n’est donc pas seulement une position du nouveau gouvernement social-démocrate d’Olof Scholz, mais de l’État allemand jusqu’à son plus haut sommet. En effet, la lettre que le président allemand Frank-Walter Steinmeier a adressée au roi Mohammed VI à l’occasion du nouvel an, et dont le Cabinet royal a révélé la teneur par voie de communiqué, laisse comprendre que Berlin souhaite vraiment se rabibocher avec le Maroc.

On y retrouve d’abord encore un appui indirect à l’intégrité territoriale du Royaume, dans la mesure où l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie dans la région du Sahara est qualifiée d’“effort sérieux et crédible” et de “bonne base pour parvenir à un accord” (avec le mouvement séparatiste du Front Polisario et, derrière lui, l’Algérie); ce qui renvoie aux “annonces positives” et “positions constructives” (dixit le ministère des Affaires étrangères, le 22 décembre 2021) affichées désormais par le gouvernement Scholz à l’égard de Rabat -ce dernier avait, dans les jours ayant suivi sa formation le 8 décembre 2021, pris soin d’actualiser la fiche relative aux relations bilatérales Maroc-Allemagne, en y saluant l”“importante contribution” qu’a été le plan d’autonomie marocain. Mais M. Steinmeier a également convié le roi Mohammed VI à se rendre sur les rives du Rhin, avec comme objectif de “sceller un nouveau partenariat entre les deux pays”.

Signaux concrets
“Le Maroc a entrepris sous votre conduite de vastes réformes,” dit-il dans sa lettre -le président allemand a notamment mis en exergue les “démarches innovantes” du Souverain “dans la lutte contre le changement climatique et en matière de transition énergétique”. Le fait que le Cabinet royal ait lui-même relayé la lettre est déjà, en soi, lourd de sens, étant donné qu’il s’agit, à l’évidence, d’un signe d’appréciation.

Dans son point-presse du jeudi 6 janvier 2021, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, a par ailleurs fait part de la “grande satisfaction” du Maroc. Toujours est-il qu’il faudra voir si le roi Mohammed VI va donner suite à l’invitation de M. Schulz. Rappelons que la prédécesseure de M. Scholz, à savoir Angela Merkel, avait également, en son temps, maintes fois appelé le Souverain à se rendre dans son pays, au point que ce dernier fut même annoncé, à un moment, en Allemagne pour début 2017 -ce qui ne s’est pas concrétisé. Il faudra certainement encore davantage de signaux concrets, et peut-être que le Maroc exigera une reconnaissance pure et simple de sa souveraineté sur son Sahara. A suivre.