LE MANQUE DE CONSCIENCE DES CASABLANCAIS

LA PLAGE DE AÏN DIAB PRISE D’ASSAUT

Pour les experts, les plages pourraient constituer des vecteurs majeurs de la propagation rapide du virus. Et ce qui s’est produit à Aïn Diab n’est pas du tout rassurant sur le plan sanitaire.

C’était attendu. Après plus de trois mois de confinement, les Casablancais veulent profiter de la vie et des beaux jours de l’été. Samedi 11 et dimanche 12 juillet 2020, la plage de Aïn Diab était bondée avec une concentration humaine inédite. Poussés par la chaleur et la volonté de déstresser, les Casablancais ont littéralement pris d’assaut cette plage en quête de fraîcheur, de repos et de relaxation. Mais ils ont l’air d’oublier que le virus circule toujours et que le non respect des gestes barrières risque de leur coûter très cher.

Pour les experts, les plages pourraient constituer des vecteurs majeurs de la propagation rapide du virus. Et ce qui s’est produit à Aïn Diab n’est pas du tout rassurant sur le plan sanitaire. D’où l’évocation par les spécialistes d’une éventuelle deuxième vague du Covid-19 qui pourrait se manifester pendant l’été. Un risque qui s’accentue avec ces rassemblements humains sur les plages ou à l’air libre, provoqués par les temps chauds.

Quant aux forces de l’ordre et aux agents de sécurité présents sur place pour faire respecter les gestes barrières, ils sont tout simplement dépassés. Difficile, en effet, de contrôler ces foules immenses venues des quatre coins de la métropole. La ligne de tramway qui dessert Aïn Diab a été également prise d’assaut par les estivants tout au long du week-end dernier.

La vie des autres en danger
Ce nombre impressionnant de gens est susceptible non seulement de raviver le virus et le rendre plus actif mais les bousculades dans les transports publics pourraient provoquer inévitablement des étouffements et donc des situations de mort pour les personnes les plus fragiles. Il est vrai que le confinement a provoqué des situations de stress et de dépression pour nombre de Casablancais, ce qui explique, en quelque sorte, leur relâchement sur les plages, mais ce comportement, pour le moins irresponsable, est de nature à mettre en danger la vie des autres, notamment leurs proches qui comptent les personnes âgées et les personnes porteuses de maladies chroniques.

Si de telles situations se répètent dans l’avenir, et au cas Casablanca compte une flambée des cas positifs au Covid-19, les autorités sanitaires seront dans l’obligation de durcir les mesures de protection comme ce qui s’est passé à Tanger avec sa mise en quarantaine au lendemain de la découverte de nouveaux foyers de contamination. Le relâchement est la source de tous les dangers surtout que le contexte sanitaire reste toujours marqué par la circulation active du virus. L’éclatement d’une deuxième vague n’est pas à écarter face au relâchement actuel.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger