Manifestations pro-Palestine : Le monde réagit aux bombardements de Gaza


C’est tout naturellement, dans le monde arabe que les citoyens ont le plus rapidement investi les rues.

Avec plusieurs milliers de morts et encore davantage de blessés, le nettoyage ethnique sans précédent que mène Israël à l’endroit des civils palestiniens dans la bande de Gaza a suscité des réactions de partout de par la planète.


Ainsi, c’est tout naturellement, dans le monde arabe que les citoyens ont le plus rapidement investi les rues. De Damas à Beyrouth en passant par Rabat, des milliers de personnes ont manifesté en faveur de la Palestine. À Amman, la colère a pris carrément les espces d’une demande d’expulsion de la mission diplomatique israélienne, inaugurée dans la foulée des accords de paix israélo-jordanien d’octobre 1994. A Tunis, les protestations n’étaient pas seulement dirigées contre Israël, mais aussi contre certains pays occidentaux perçues comme appuyant tacitement l’Etat hébreu, notamment les Etats-Unis. En Algérie, alors que la population souhaitait également battre le pavé, elle en a tout bonnement été empêchée, et ce, ironiquement, par le même régime militaire algérien qui s’autoproclame comme le champion de la cause palestinienne. Toutefois, malgré l’interdiction, à Alger, environ 2.000 personnes ont bravé l’interdit.

Campagne médiatique
En Europe, malgré une censure qui ne dit pas son nom sur les réseaux sociaux sur le contenu pro-palestinien et une campagne médiatique largement pro-israélienne, la résonance de la situation à Gaza a été particulièrement palpable. À Athènes, près de 10.000 personnes se sont rassemblées en soutien aux Palestiniens. Une émotion similaire a été observée à Lisbonne, où des centaines se sont élevées contre le conflit, arborant des banderoles proclamant «Palestine libre!» Londres, elle aussi, a vu des milliers de personnes défiler dans le centre-ville, affichant des drapeaux palestiniens et demandant l’arrêt des frappes aériennes israéliennes sur Gaza.

Cependant, c’est à Paris que la mobilisation a atteint son sommet. Malgré l’interdiction officielle d’un sit-in place de la République, entre 11.500 et .20 000 personnes ont répondu présentes. Les rues résonnaient de slogans tels que «Nous sommes tous des Palestiniens». Malheureusement, les forces de l’ordre ont fini par intervenir pour disperser la foule à l’aide de jets d’eau et de gaz lacrymogène. L’événement a également été marqué par quelques interpellations.

Articles similaires