BP swipe-970x250

MALI : Accueil triomphal pour le Premier ministre après son discours à?la 77e AG des Nations unies

Le colonel Abdoulaye Maiga, Premier ministre par intérim du Mali, a été triomphalement accueilli par les Maliens mardi 27 septembre 2022, à son retour de New York, où il participait de la 77e Assemblée générale des Nations unies. Après avoir foulé le tarmac de l’aéroport international Modibo Keita de Bamako, le chef du gouvernement, accompagné d’une forte délégation, a reçu les acclamations d’une grande foule venue l’applaudir, le célébrer tel un héros et l’accompagner jusqu’au Monument de l’Indépendance situé au cœur de la capitale.

Pour comprendre ces honneurs, il faut écouter le fameux discours que ce dernier a prononcé le 24 septembre à la tribune des Nations unies. Allocution durant laquelle il a tiré à boulets rouge sur la France. Selon lui, le Mali a été «poignardé dans le dos par les autorités françaises» après la décision de retrait des militaires français de la force Barkhane. «Les autorités françaises, profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles et trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des Lumières, se sont transformées en une junte au service de l’obscurantisme», renchérit-il. Pour le proche collaborateur du président la Transition malienne, Assimi Goita, Paris exerce une «pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde».

Maiga n’a pas non plus épargné le président ivoirien Alassane Ouattara, qui avait demandé, dans cette même tribune, au Mali de libérer les 46 soldats ivoiriens considérés par Abidjan comme des «otages» qui venaient pour une mission onusienne, et des «mercenaires» par Bamako. Le colonel a vigoureusement critiqué sa stratégie pour tripatouiller la Constitution pour obtenir son troisième mandat. Son homologue bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo, par ailleurs président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), est, lui, qualifié de «mimétisme» du SG des Nations Unies Antonio Guterres (qui soutient la position ivoirienne sur les soldats arrêtés).

Pour les Maliens, qui ont manifesté à maintes reprises pour dénoncer les agissements de l’Elysée à leur égard, cet accueil chaleureux est une façon pour démontrer à la communauté internationale leur soutien aux autorités de la transition. Ils estiment que le colonel Maiga a été le porte-voix du Mali et de l’Afrique en général durant ce rendez-vous international .

E.S.

Articles similaires