Accusations infondées des agriculteurs espagnols visant les fraises marocaines

 


Après les attaques récurrentes et acharnées des agriculteurs espagnols contre les camions transportant les produits agricoles marocains, le lobby agricole espagnol passe à la vitesse supérieure. L'Association valencienne des agriculteurs (AVA-Asaja) a appelé jeudi 7 mars 2024 dans un communiqué à des « mesures urgentes » en réponse à une alerte relative à la « présence de l’hépatite A » dans des fraises marocaines, détectée à un point d'entrée en Espagne. Cette alerte, d’après la communication de l’association valencienne, a été publiée par le RASFF, le système d'alerte rapide de l'UE pour l'alimentation humaine et animale, apprend-on du média espagnol Expansion dans son édition du 7 mars 2024.

D’après ladite notification, le risque est "sérieux" car il dépasse le « niveau maximum autorisé de cette substance » qui, selon l'AVA-ASAJA, « présente un danger pour la santé publique et qui pourrait être la conséquence d’un arrosage avec des eaux usées ».

Cependant, AVA-ASAJA précise dans son communiqué que « compte tenu de cette nouvelle alerte concernant les importations de fruits et légumes en provenance de ce pays tiers, l'organisation présidée par Cristóbal Aguado a envoyé une lettre au ministre de l'Agriculture, Luis Planas, pour lui demander de demander d'urgence explications au Gouvernement du Maroc et préciser les mesures qu'il compte prendre pour éviter que ce type de situation ne se reproduise ».

La Confédération marocaine de I’agriculture et du développement rural (COMADER) est montée au créneau jeudi 29 février 2024 pour dénoncer cet acharnement contre les fruits et les légumes marocains. Dans un communiqué rendu public, elle a annoncé avoir décidé de porter plainte auprès des tribunaux de commerce espagnols. Tout en déplorant que ces attaques se sont multipliées ces derniers jours, prenant une ampleur de plus en plus inquiétante, la COMADER a relevé que celles-ci portent préjudice aux relations commerciales exemplaires entre le Maroc et l’UE.

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a ouvert une enquête auprès de la société agricole qui fait l’objet de l’alerte sanitaire, indique une sourcée autorisée au sein de l’ONSSA. Des échantillons ont été prélevés au niveau de la ferme concernée dans le but d'établir des analyses microbiologiques approfondies. L’ONSSA affirme avoir renforcé le contrôle sanitaire des fraises qui proviennent de cette exploitation agricole, et souligne qu’au niveau national, les contrôles sanitaires effectués sur 245 échantillons ont établi la conformité des fruits rouges soumis aux tests.

 

 

 

Articles similaires