Les Lions de l'Atlas à un point du paradis


Les Lions de l’Atlas prennent une belle option pour le Mondial de Russie-2018


Ressuscitée par Hervé Renard, la sélection nationale de football a amélioré ses chances de qualification. Et prépare la “finale” contre la côte d’Ivoire, prévue à Abidjan le 11 novembre.

La précédente sortie des Lions de l’Atlas contre le Mali, soldée par un match nul (0-0) lamentable à Bamako, le 5 septembre 2017, avait de quoi susciter des inquiétudes sur leur capacité à se qualifier au Mondial russe. Mais les protégés de Hervé Renard ont vite effacé ces inquiétudes à l’issue du match contre le Gabon, samedi 7 octobre, au complexe sportif Mohammed-V de Casablanca, devant 50.000 spectateurs surchauffés. Les Lions de l’Atlas ont tout simplement livré leur performance la plus aboutie depuis leur prise en main par le coach Hervé Renard.

Hervé Renard alignait son onze type: Le gardien, Munir Mohmadi, a réussi les rares interventions qu’il a eu à effectuer. La défense, toujours aussi solide, composée de Nabil Dirar, Achraf Hakimi, respectivement à droite et à gauche; et du capitaine Mehdi Benatia et Ghanem Saïss, au centre. Devant eux, Karim Ahmadi, Younès Belhanda, Mbarek Boussoufa et Hakim Ziyach couvraient le milieu. Noredin Amrabat, en “milieu-ailier” ambivalent, et Khalid Boutaïeb, avec son numéro 13, étaient en attaque. Ceci pour le principe, car en vérité tout le monde “défend” et tout le monde “attaque”, selon la disposition.

Pressing ininterrompu
Dès l’entame du match par l’excellent arbitre sud-africain Victor Gomes, les Lions ont pris les Panthères à la gorge et ne les ont plus relâchés jusqu’au coup de sifflet final. Un quadrillage serré et permanent du terrain au point d’impact du ballon lors des phases défensives; et un redéploiement en passes et accélérations vers le but adverse lors de la possession du ballon ont été les ingrédients de la victoire marocaine. Un dispositif de jeu bien servi par une condition physique irréprochable. En face, les trois stars congolaises Didier Ibrahim Ndong (Sunderland, Angleterre), Mario Lemina (Juventus, Italie) mais surtout Pierre Emerick Aubameyang (Dortmund, Allemagne) erraient comme des âmes en peine. Mis sous l’éteignoir par Karim Ahmadi, Younès Belhanda, Ghanem Saïss et Mehdi Benatia, ils n’ont guère touché le ballon tant le pressing ininterrompu des Marocains les a étouffés. Les 70% de temps de possession du ballon et le score de 3-0 en faveur des Marocains reflètent leur domination absolue de la rencontre. Les trois buts marocains ont été l’oeuvre de Khalid Boutaïeb, sur des passes de Nordin Amrabat (37 et 56ème) et de Mbarek Boussoufa (72ème). Généreux dans l’effort, solidaires et disciplinés, les Lions ont réconcilié le public marocain avec son équipe nationale.

Avec cette victoire, le Maroc cumule 9 points en cinq rencontres et occupe la première place de son groupe, devançant d’un point la Côte d’Ivoire, seul autre prétendant à la qualification en Russie. Une fois le match contre le Gabon plié, les Lions se sont envolés vers la Suisse, où ils ont rencontré la Corée du Sud en amical, à Bienne, mardi 10 octobre 2017. Un match où Hervé Renard a opéré «un turn-over de 100%» pour voir si les “non titulaires” ont assimilé «le dispositif de jeu mis en place». Il s’est avéré que oui. Ils ont appliqué à la lettre le même système de jeu, basé sur le pressing à outrance et la rapidité. Ils ont ainsi étrillé la Corée du Sud, déjà qualifiée pour le Mondial russe, trois buts à un. Quatre joueurs de clubs de la Botola ont été alignés dès le départ et ont donné grande satisfaction.

Hervé Renard sait donc qu’il dispose d’un banc de touche de qualité et peut envisager sereinement ce qu’il appelle “la finale”, pour parler de l’ultime match des éliminatoires contre la Côte d’Ivoire, le 11 novembre. Une confrontation interdite aux cardiaques et aux nerveux. Si les Lions ramènent ne serait-ce que le match nul d’Abidjan, ils poinçonnent leur ticket pour Russie-2018.

En attendant ce jour, la Fédération royale marocaine de football s’active dès à présent pour assurer les conditions d’un déplacement et d’un séjour confortables de l’équipe nationale à Abidjan. Fouzi Lekjaa envisage même d’affréter des avions spéciaux auprès de la compagnie aérienne nationale RAM pour transporter les aficionados désireux de se rendre sur place pour encourager les Lions de l’Atlas.

Les Lions de l'Atlas sont conscients que la partie est loin d'être gagnée. «Les joueurs sont déterminés à bousculer les Ivoiriens, mais c’est une énorme bataille qui nous attend», explique Mbarek Boussoufa.

© Abdellah Rajy

Articles similaires