Les Lions en bonne voie pour le Cameroun

ÉLIMINATOIRES DE LA CAN 2022

La sélection entraînée par Vahid Halilhodzic pourra compter sur les performances de Hakim Ziyech ou encore Achraf Hakimi pour rééditer l’exploit des Faras et Acila en Éthiopie en 1976.

Le Maroc devrait officiellement, en mars prochain, rejoindre le Sénégal, l’Algérie, le Mali et la Tunisie à la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, prévue en janvier et février 2022 au Cameroun, qualifié lui en tant que pays hôte.

Victorieux lors de sa double confrontation avec la République centrafricaine sur le score de 4-1 à Casablanca et de 2-0 à Douala -la Confédération africaine de football (CAF) avait déclaré, le 21 octobre, le Stade Barthélemy-Boganda de Bangui impraticable, ce qui a amené les Fauves du Bas-Oubangui à solliciter le Cameroun pour accueillir leur rencontre-, il caracole désormais en tête du groupe B des éliminatoires et n’aura besoin que d’un nul face à la Mauritanie, son premier poursuivant avec cinq points de retard, pour assurer sa participation à la reine des compétitions footballistiques africaines.

Charnière centrale
Et même s’il se rate face à la voisine du Sud, qu’il devra affronter chez elle, il pourra toujours se rattraper face au Burundi, qu’il avait déjà dominé en novembre 2019 à Bujumbura par trois buts à zéro. Il faudrait, ainsi, une véritable catastrophe pour que les Lions de l’Atlas ne participent pas à ce qui serait leur 17ème CAN, eux dont le seul titre date de 44 ans déjà et le trophée remporté en Éthiopie en 1976 par la génération des Faras et Acila.

La sélection entraînée par Vahid Halilhodzic, en poste depuis août 2019 et qui a déjà dirigé à la CAN la Côte d’Ivoire en 2010 -quart de finale- et l’Algérie en 2013 -premier tour-, fera tout, on peut le gager, pour réitérer l’exploit de ses aînés. Elle pourra, dans ce sens, notamment compter sur les performances de ses éléments expatriés en Europe, à l’instar du meneur de jeu de Chelsea, Hakim Ziyech, triple buteur et double passeur décisif face à la République centrafricaine et qui sans doute voudra se rattraper de son penalty raté face au Bénin en Égypte en quart de finale de la précédente CAN -élimination du Maroc aux tirs aux buts-, ou encore Achraf Hakimi, étincelant au poste d’ailier droit même si d’habitude il évolue plus en arrière dans son club de l’Inter, en Italie.

Globalement, “coach Vahid” semble avoir de plus en plus de certitudes sur son groupe, en dehors d’hésitations quant à la charnière centrale, où il a successivement associé Samy Mmaee à Zouhair Feddal puis à Nayef Aguerd -ce dernier, qui monte en puissance au Stade Rennais depuis le début de saison, a prouvé qu’il était digne des comparaisons avec Medhi Benatia-, ainsi que pour le poste de buteur, balloté entre Youssef El-Arabi et Youssef En-Nesyri. Il a, en tout cas, quatorze mois encore devant lui pour peaufiner sa touche.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger