EXPOSITION

"Le temps d’un instant", Dalida, Rita et Esther subliment le monde

Les artistes Dalida Benseffaj, Rita Benjelloun et Esther Martinez Recuero offrent à voir “Le Temps d’un instant”, une exposition tenue jusqu’au 25 mai 2024 à la galerie Eden à Casablanca qui propose une éclosion de couleurs, des rivières aux grenades ou des âmes à fleurs de peau.


Tout en art, Dalida, Rita et Esther célèbrent la beauté du monde, la force régénératrice de la nature, et le pouvoir intime et infini de l’âme et du féminin. “Le Temps d’un instant”, l’exposition tenue jusqu’au 25 mai 2024 à la galerie Eden à Casablanca réunit trois artistes plasticiennes aux parcours différents, les Marocaines Dalida Benseffaj et Rita Benjelloun et l’Espagnole Esther Martínez Recuero, mais qui ont en commun de partager un langage universel.

Native de Tétouan, Dalida Benseffaj dévoile des peintures peuplées de personnages végétaux où la couleur, sélectionnée avec soin et tout en nuances, est tout aussi communicative que les formes sobres, fruits d’un véritable travail d’introspection et d’auto-exploration artistique. Minimalistes, mais éloquentes, les toiles de Dalida, artiste pluridisciplinaire, racontent des fêlures et des émotions d’humains “à fleur de peau” (titre de certaines de ses peintures), des scènes de vie et des interactions intimistes. Le bleu argenté rencontre le rouge éclatant, le jaune contraste avec plusieurs gris, et la fleur se confond avec le feu… Ainsi, son travail, dominé par une quête absolue d’harmonie et un semblant de spontanéité, dévoile les profondeurs et les réflexions de l’artiste.


Pour sa part, Rita Benjelloun propose des oeuvres oniriques, qui invitent à la médiation, au voyage et à l’enchantement, inspirées par le végétal, le minéral et le floral. Puisant tour à tour dans la fluidité des fleuves, dans les énergies des prières précieuses ou dans la puissance des signes, et évoluant tantôt vers les cimes des montagnes, tantôt dans les profondeurs des racines, les peintures de cette artiste autodidacte reflète sa philosophie: “La nature a tout inventé, il suffit de la regarder, de l’aimer et de la célébrer”, dit cette artiste généreuse, qui chérit les belles et riches couleurs de la nature, le principal fil conducteur de son travail, ajoutant que sa démarche artistique a toujours été spontanée et liée à ses émotions, ses sensations visuelles, olfactives et vécues.

Thématiques mystiques
De l’autre rive, l’artiste native de Madrid Esther Martínez Recuero investit des thématiques mystiques liées à la renaissance, au miracle, à l’ici-bas et l’au-delà générant des oeuvres aux formes et couleurs vertigineuses. Cet artiste qui a utilisé, tout au long de son parcours, différents moyens d’expression, la musique, la peinture, la poésie, les nouvelles technologies, croit en l’art en tant que forme d’expression.

“J’y crois, en tant que lien d’union entre les personnes, les cultures et en tant que bien humanitaire, où nous pouvons collaborer et vivre en créant quelque chose de merveilleux qui nous unit pour la vie”, explique l’artiste. “Je crois en l’art en tant qu’artisan de paix, capable de faire des miracles dans n’importe quelle partie du monde et j’y crois comme un moteur d’amour et d’union, sans aucun doute”, est convaincue Esther, dont le propos résume quelque part ce qui unit son art à celui de Rita et de Dalida. Ces trois femmes, bien qu’ayant des itinéraires différents, arrivent ainsi à puiser dans la nature cet amour qu’elles distillent dans l’effort de créer de belles choses avec générosité, harmonie, douceur, liberté, mais aussi avec force.

Articles similaires