BP swipe-970x250

Avec la “déclaration d’Alger”, le Maroc signe un succès retentissant en terres hostiles

Le sommet arabe soutient l’intégrité territoriale des pays arabes


Reconnaissance du rôle du Comité Al-Qods, appel au respect de l’intégrité territoriale des pays membres et refus de l’ingérence dans leurs affaires internes. Les conclusions du Sommet arabe d’Alger ont ouvertement conforté Rabat dans ses positions concernant les principaux dossiers conflictuels, à savoir le Sahara marocain et la Palestine, au grand dam du pays hôte.

L'Histoire retiendra que le 31e sommet de la Ligue arabe, qui s’est déroulé les 1er et 2 novembre 2022, a été profondément marqué par l’empreinte du Maroc. Pourtant, l’événement tant attendu, le premier de son genre depuis l’avènement de la pandémie du covid-19 il y a presque trois ans, s’est tenu .. en Algérie, voisin-rival qui a rompu presque tous ses liens -diplomatiques, notamment- avec le Royaume; au point même de lui fermer son espace aérien. Bien qu’il n’a été représenté “que” par son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, alors que l’éventuelle participation du roi Mohammed VI au sommet a été l’objet de spéculations incessantes jusqu’à la dernière minute, le Royaume a été au cœur des moments-clés de l’événement. Et plus particulièrement dans la “Déclaration d’Alger”, qui a sanctionné les travaux de ce sommet, texte dans lequel la Ligue arabe salue les “efforts continus de S.M. le Roi Mohammed VI, président du Comité Al-Qods, pour la défense de la Ville Sainte”. Et de “se féliciter des projets réalisés par l’Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, bras exécutif du Comité, sous la supervision directe de S.M. le Roi, pour soutenir la lutte des Maqdessis.”

Avec la reconnaissance solennelle de l’importance de ses efforts en faveur de cette cause, le Maroc rappelle qu’il demeure pleinement engagé, comme il l’a toujours été d’ailleurs, dans la défense des droits du peuple palestinien et dans les efforts pour trouver une solution juste au conflit avec Israël.

Rabat coupe ainsi court aux tentatives du pays hôte, l’Algérie, de s’arroger le monopole de la cause palestinienne dans le but d’en faire un fond de commerce pour attaquer les pays arabes ayant établi ou rétabli les relations diplomatiques avec l’État hébreu, notamment le Maroc. Des machinations lancées plusieurs semaines déjà avant le sommet, alors que le pouvoir à Alger multipliait les déclarations prétendant que le sol algérien sera le théâtre de l’unification tant attendue des factions palestiniennes, en proie à des divisions et des conflits fratricides interminables.


 

Trouver des solutions arabes

La “Déclaration d’Alger” a également réitéré l’impératif d’œuvrer à la consolidation de l’action arabe commune en vue de préserver l’unité des États membres, leur intégrité territoriale et leur souveraineté sur leurs ressources naturelles. Une victoire diplomatique pour le Maroc, décrochée sur les mêmes terres algériennes servant de base pour les milices séparatistes du Polisario qui tentent de nuire à l’intégrité territoriale du Royaume, avec l’aide du régime algérien.

La résolution adoptée par la Ligue arabe rejette d’ailleurs toute forme d’ingérence dans les affaires internes des pays arabes et insiste sur la nécessité de trouver des solutions arabes aux problématiques arabes à travers le renforcement du rôle de la Ligue arabe dans la prévention des crises et leur résolution de manière pacifique, ainsi que la consolidation des relations inter-arabes.

Articles similaires