Le potentiel pétrolier du Maroc dans le collimateur du géant Shell

shell


Les intérêts de Royal Dutch Shell, pour le potentiel pétrolier et gazier du Maroc se précisent. Le major pétro-gazier anglo-néerlandais, vient en effet de conclure, via sa filiale Shell Exploration Company B.V, un contrat de reconnaissance avec l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM). Le contrat porte sur la zone onshore nommée « Issouka » située dans le nord-est du royaume.



En début d’année 2014, on estimait à 31 le nombre total des sociétés pétrolières internationales, dont des majors, des super indépendants et des indépendants, qui opèrent en offshore et en onshore au Maroc. Amina Benkhadra,  DG de l'ONHYM, estimait, il y a plus d’un an, à environ 900 000 km² la surface totale des bassins à explorer au Maroc qui possèderait une vingtaine de bassins sédimentaires en onshore et une variété de segments de bassins en offshore atlantique et méditerranéen.


A noter que le Maroc, a entrepris d’intensifier les activités d’exploration et a attribué plus de 130 permis d’exploration en onshore et en offshore.