Le Parti de l'Istiqlal resserre les rangs

Abdelwahed El Fassi, Abbas El Fassi et Hamid Chabat Abdelwahed El Fassi, Abbas El Fassi et Hamid Chabat

Tous unis autour de Chabat


Reconciliation. Entre le mal et le pire, les Istiqlaliens semblent avoir fait leur choix: quitte à s’unir autour de leur décrié secrétaire général, il vaut mieux resserrer les rangs alors que s’annoncent en septembre 2016 des élections législatives décisives.


Paradoxale situation que  celle de Hamid Chabat.  Pour la première fois  depuis son élection en  2012 en tant que secrétaire  général du Parti de l’Istiqlal  (PI), le natif de la province de Taza est  quasiment incontesté.


Tous, Istiqlaliens de tous bords,  semblent unis sous sa bannière alors  que s’annoncent en septembre 2016  des élections législatives décisives  pour l’avenir du parti. Car si celuici  fait à l’heure actuelle figure de  deuxième force politique du pays  à la Chambre des représentants,  chambre basse du Parlement, seulement  derrière l’indétrônable Parti de  la justice et du développement (PJD),  il pourrait bien céder le pas dans les  prochains mois.


D’autant que derrière, un parti  comme le Parti authenticité et  modernité (PAM) pousse fort.  A telle enseigne que d’aucuns verraient  en lui la prochaine formation  incontournable du champ partisan  national.


Peut-être même devant le PJD. Perspective  inquiétante pour le PI, surtout  lorsque l’on sait que le parti  enregistre certains de ses meilleurs  scores en campagne, un monde qui  semble décidé à se jeter dans les  bras du PAM, comme l’attestent  les résultats enregistrés par la formation  du tracteur lors des élections  communales et régionales de  septembre 2015. Pour autant, il ne  faudrait pas se leurrer sur la situation  de M. Chabat à la tête du PI. Il  est vrai que désormais même le  courant “Bila Hawada”, mené par  l’ancien ministre de la Santé (1998-  2000) Abdelouahed El Fassi, adversaire  malheureux de M. Chabat  au congrès de 2012, s’est dit prêt  à rallier son camp, dans une “paix  des braves” à la sauce istiqlalienne  originale.


La hache de guerre devrait,  du moins en ce qui s’agit des  échéances proches, être officiellement  enterrée le lundi 11 janvier  2016 à l’occasion de la commémoration  du 72ème anniversaire de  la présentation du manifeste de  l’indépendance.


La conciliation menée en sourdine  par notamment l’ancien secrétaire  général du parti (1974-1998), M’hamed  Boucetta semble à cet égard  avoir porté ses fruits. M. Chabat a  dû cependant, sans doute à son  corps défendant connaissant le  personnage, aller à Canossa.  Il faut dire qu’il est passé, en  novembre 2015, près de la déposition  lors de l’ultime conseil national  du parti, ayant lui-même fait suite  à une réunion houleuse du comité  exécutif quelques semaines plus  tôt. Certains membres du comité  exécutif avaient alors demandé la  tête de M. Chabat.


Avec le ralliement officiel prévu de  “Bila Hawada”, le secrétaire général  du PI s’offre sans doute quelques  mois de répit.  Ironique, quand on sait que “Bila  Hawada” signifie en langue arabe  “sans répit”.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger