Justice: Le Maroc accueille la 38ème réunion du conseil des ministres Arabes de la justice

Les ministres arabes de la justice se réuniront en novembre 2022 au Maroc. C’est la décision qui a été prise, lundi 6 décembre 2021, par le Conseil des ministres arabes de la Justice lors de sa 37ème session, qui s’est déroulée au siège du secrétariat général de la Ligue arabe au Caire, suite à une note soumise par la représentation permanente du Royaume du Maroc au sein de cette organisation.

Par ailleurs, le conseil a appelé à l’intensification de la coopération arabe bilatérale et multilatérale en matière d’échange d’informations sur la lutte contre le terrorisme, ainsi qu’à l’activation des dispositions de l’article 4 de la Convention arabe contre le terrorisme concernant l’échange d’informations et d’expériences.

Le conseil a appelé à l’organisation d’ateliers et de sessions de formation spécialisés dans le domaine du renforcement des capacités des cadres des agences oeuvrant dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Il a également mis l’accent sur la nécessité de coordonner les efforts arabes pour lutter contre le phénomène des combattants revenant des zones de conflit et de leurs familles.

Le conseil a de même souligné la nécessité de s’abstenir de toute forme de soutien, aussi bien explicite que tacite, aux entités ou personnes impliquées dans des actes terroristes et de rejeter toutes les formes de chantage par des groupes terroristes telles que les menaces, l’exécution des otages ou les demandes de rançon.

Il a, par ailleurs, invité les pays arabes qui n’ont pas encore ratifié la Convention arabe contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme à achever les procédures de ratification et à déposer les documents auprès du secrétariat général de la Ligue des États arabes.

Le conseil a, en outre, condamné toutes les attaques terroristes contre les pays arabes, ainsi que toutes les formes, manifestations et sources de terrorisme, soulignant la nécessité de renforcer les mesures de prévention contre le terrorisme, de traiter ses causes, d’assécher ses sources idéologiques et financières, de développer des programmes visant à promouvoir une culture de tolérance et de pluralisme et à lutter contre l’extrémisme.

Le conseil a rappelé que toutes les mesures utilisées pour lutter contre le terrorisme doivent être conformes aux principes du droit international, y compris le droit international relatif aux droits de l’Homme et le droit international humanitaire, appelant les États membres à sensibiliser les autorités nationales chargées de lutter contre le terrorisme à l’importance de ces obligations.