Lakhsem contre le gouverneur de Sefrou : Le procès reporté au 5 juin


MuLe bras de fer entre le président du conseil communal de la ville d’Imouzzer Kandar, Mustapha Lakhsem, et le gouverneur de la province de Sefrou, Omar Touimi Benjelloun, risque de durer encore. Ce mercredi 5 avril 2023 au matin, le parquet chargé du dossier a décidé de poursuivre en état de liberté sans payer de caution. Le procureur a également accordé à Mustapha Lakhsem un délai de deux mois pour qu’ils apporte des preuves concernant les accusations de “corruption” qu’il a émises à l’encontre du gouverneur.

Entendu lundi dernier par le procureur du roi près le tribunal de première instance de Sefrou, le maire élu sous les couleurs du Mouvement populaire (MP) est poursuivi pour diffamation, suite à une plainte déposée par le gouverneur de Sefrou. L’ancien champion de kickboxing accuse les autorités locales d’être à l’origine du “blocage” de certains projets à Imouzzer Kandar, et prétend avoir subi des “pressions” par certains responsables pour octroyer des marchés à des sociétés spécifiques.


Le différend entre Mustapha Lakhsem et Omar Touimi Benjelloun a éclaté il y a plusieurs mois, lorsque le maire a adressé une lettre au ministre de l’Intérieur, exigeant un audit de plusieurs projets réalisés dans le cadre du projet de réhabilitation de la ville. Le gouverneur a riposté en appelant à son tour le département d’Abdelouafi Laftit à ouvrir une procédure de dissolution du conseil de la commune et révoquer son président.

Ces tensions ont gagné le conseil de la commune, où le maire ne détient plus la majorité, aggravant ainsi les difficultés que connaît la gestion de la ville. Avec 17 voix sur 28, l’opposition, devenue majoritaire, a rejeté une proposition concernant la gestion du service d’hygiène et la collecte des ordures. Le maire a quant à lui rejeté la proposition de la société délégataire.

Articles similaires