Laâyoune, la ville qui respire le développement à chaque instant

Considéré comme le chef-lieu du Sahara Marocain, la ville de Laâyoune a connu chaque jour un grand progrès depuis la Marche verte en 1975, vu qu’à cette époque ses habitants vivaient dans une ville totalement désertique.

Il est 10h du matin, l’avion qui nous a transportés vers Laâyoune a finalement atterri à l’aéroport Hassan Ier, l’un des aéroports marocains qui ont connu ces dernières années une rénovation totale afin de se doter des infrastructures aéronautiques modernes conformes aux normes internationales.

Une bonne odeur, des femmes de ménage partout avec un beau costume, car il n’est pas question de laisser des petits détails gâcher les efforts fournis par l’ONDA pour répondre à la croissance incessante du trafic passager.

Quelques petits moments devant l’aéroport Hassan Ier ainsi que des discussions avec le staff de l’aéroport, nous ont permis de savoir que nous ne sommes pas loin de la 4ème grande station de dessalement d’eau de mer achevée par l’ONEE, le 13 octobre 2022.

Une fois arrivé devant cette station, située à 25km de la ville, on est surpris par ce projet grandiose et ses différents installations réalisées pour renforcer la production de l’eau à partir d’une batterie de forages côtiers, la réalisation de trois réservoirs d’une capacité de stockage de 5.500 m3, la réalisation de stations de pompage et la mise en place d’un système de télégestion.

Cette station, d’un coût global de 450 millions de dirhams, va permettre de produire 26.000 m3 d’eau potable par jour. À l’arrivée à la ville, notre attention a vite été attirée par la place El Méchouar, bordée de palmiers et agrémentée de quatre magnifiques monuments à chaque coin. Une place construite à l’occasion de la visite du Roi Hassan II à Laâyoune, en 1985, et qui a l’habitude d’abriter les différents événements et fêtes de la ville.

 

Des infrastructures de qualité

Cette magnifique place est le centre-ville vers lequel convergent les routes principales. L’une de ces routes va vers l’est pour desservir les quartiers où se trouvent les principales installations, telles que: la mosquée Moulay Abdelaziz, le Palais des Congrès et diverses administrations. Pas loin de la place El Mechouar, on s’est retrouvé face à l’une des importantes mosquées de la ville, la mosquée Moulay Abdelaziz, du nom du monarque alaouite avec son beau minaret. Devant ce monument religieux on a croisé des dizaines de groupes de gens, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, avec leurs costumes traditionnels et qui sont venus des quatre coins de la ville pour accomplir la prière du vendredi.

L’artère nord-sud dessert le centre ancien où se trouvent le conseil municipal, les zones à l’ouest de la ville, où se trouvent les grandes installations sportives, regroupées au sein du complexe Cheikh Mohamed Laghdaf.

L’attention du visiteur de Laâyoune ne peut, d’ailleurs, qu’être attirée par le grand nombre de terrains dont dispose aujourd’hui la ville dans différents quartiers. Des infrastructures de qualité dédiées aux jeunes amoureux de sport notamment le football, mais aussi le basketball et beaucoup d’autres sports. Ces espaces serviront à favoriser l’émergence de nouveaux talents.

Pour Ahmed, un jeune de 15 ans, ces terrains lui permettent de pratiquer son jeu préféré sans payer d’argent, tout simplement car ces terrains ont un accès gratuit.

Généralement, lorsqu’on parle d’une ville saharienne, il est difficile de parler des espaces verts, mais Laâyoune fait l’exception car la ville, située au bord de l’Atlantique, à 500 km au sud d’Agadir, a pu se doter de plusieurs espaces verts comme celui d’Ibn Roshd et de la place du 25 Mars. Des espaces propres et sécurisés grâce aux caméras de surveillance.

On a également pu découvrir le parc d’enfants situé au quartier Souk Zajj, qui a été inauguré en 2021 après des mois de rénovation.

Ville verte en plein désert, Laâyoune se dote aujourd’hui de plus de 67 espaces verts qui répondent aux besoins des enfants en jeux ludiques et modernes, ainsi qu’en espaces verts respectueux de l’environnement.

La couverture sanitaire

Une jeune maman accompagnée de ses deux petites filles nous a confié que les mamans sont contentes de ces places vu que ça permet à leurs enfants de jouer en toute sécurisé et non pas dans la rue pleine de danger.

Laâyoune, le cœur battant de la région du Sud du Royaume, se caractérise par un climat de type semi-aride doux, sans chaleur excessive, généralement cette dernière ne dépasse pas les 28°C en raison des vents frais marins.

Autre réalisation phare, la nouvelle faculté de médecine, l’un des grands projets du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud. Cette faculté dispose d’une bibliothèque, de centres de formation et de recherche, de salles de tutorat, d’un amphithéâtre de 400 places, de quatre amphithéâtres de 300 places et d’espaces verts

Outre la faculté de médecine, la ville de Laâyoune va se doter prochainement d’un centre hospitalier universitaire, un projet qui va permettre de répondre aux besoins de la région Laâyoune-Sakia El Hamra en matière de couverture sanitaire.

En empruntant la route nationale, le visiteur découvre la sublime tente inspirée du patrimoine hassani, qui se retrouve à la sortie Sud de Laâyoune. Un projet inauguré et qui a été construit sur une superficie de 774m² et d’une hauteur de 21m.

Avec le développement que connaît la ville de Laâyoune en étant la plus importante ville de la région sud, personne ne peut douter que le Maroc a fait du bien-être et du progrès économique de ses régions sahariennes un objectif primordial.

En faisant le tour de la ville on a pu constater que le plan de développement des provinces du Sud dont le Souverain a présidé la signature à Laâyoune en novembre 2015 a atteint des niveaux de réalisation avancés.

 

Articles similaires