Entretien avec le président du Centre d’innovation en e-santé (CIeS) de l’Université Mohammed V-UM5 et ancien ministre de la Santé

Anas Doukkali : "La santé digitale peut relever les défis relatifs à la généralisation de la couverture médicale"

Le Centre d’innovation en e-santé (CIeS) de l’Université Mohammed V-UM5, a organisé, les 29 et 30 novembre 2023, la première édition du Forum international de la e-santé. Son président et ancien ministre de la Santé, professeur Anas Doukkali, s’est confié à Maroc Hebdo sur l’importance de cet événement inédit au Maroc, ainsi que sur les grands enjeux liés à la digitalisation de la santé et le potentiel du Royaume à ce niveau.


Au Maroc, le secteur de la santé connaît des évolutions profondes accélérées à plusieurs niveaux. Dans quel sens le Forum international de la e-santé contribue-t-il à ces évolutions?  

Le système de santé de notre pays doit faire face à de nouveaux défis imposés par la double transition démographique et épidémiologique. Grâce aux Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le système de santé du Maroc connaît un changement historique caractérisé par la généralisation de la couverture médicale. Pour soutenir cette généralisation, notre système de santé vit actuellement une profonde refonte reposant sur quatre piliers, l'un d'entre eux étant la transformation numérique.

Actuellement, plusieurs régions mettent en place des systèmes d'information hospitaliers pour renforcer la traçabilité, la performance ou la prise de décision. La télémédecine est déployée dans des localités isolées et sous-médicalisées. L’interopérabilité et le dossier médical partagé sont également des projets imminents.

De plus, le secteur de la santé au Maroc contribue également à la croissance économique, avec des revenus attendus affichant un impressionnant taux de croissance annuelle de 8,41 %. L'une des principales locomotives de cette expansion est la rapide avancée des solutions de traitement et de soins numériques.

À travers cette première édition du Forum International de la e-Santé (IeHF2023), qui a pratiquement regroupé tous les acteurs de la santé et du digital au Maroc, nous avons souhaité répondre aux besoins de la transition numérique en santé que nous vivons au Maroc et aux défis qui lui sont liés. L’IeHF2023 a exploré un univers de technologies de pointe et de stratégies innovantes susceptibles de transformer le secteur de la santé.

Les participants qui étaient nombreux, 5000 visiteurs sur les 2 jours, composés de professionnels de la santé, des décideurs, des chercheurs et innovateurs, des industriels, des étudiants ou tout simplement des passionnés de l'avenir technologique des soins de santé, ont eu  l'opportunité d'interagir avec des leaders d'opinion, des visionnaires et des fournisseurs de solutions de santé numérique, acquérant ainsi des informations précieuses sur les tendances à venir dans la prestation de soins de santé. Cela inclut des sujets tels que la télémédecine, l'intelligence artificielle dans le diagnostic, la surveillance à distance des patients, l'analyse des données de santé, et bien plus encore.

La notion de digitalisation est omniprésente au Maroc dans tous les secteurs. Comment la transformation digitale peut-elle bénéficier au secteur de la santé au Maroc? Et comment évaluez-vous le potentiel du Royaume à ce niveau?

Aujourd’hui, la plupart des systèmes de santé font face à de sérieux défis pour fournir des services de qualité à l’ensemble de la population. Ces défis comprennent une faible gouvernance, une protection financière insuffisante, des pénuries et des déséquilibres des ressources humaines médicales, un accès limité aux médicaments essentiels et des systèmes d'information en santé inadéquats. 

Si la pandémie du Covid-19 a mis en lumière la vulnérabilité des systèmes de santé pour garantir un accès continu aux services de santé essentiels, elle a par ailleurs confirmé la place du digital dans toute stratégie de développement de la santé, voire la nécessité de mise en place d’une politique intégrée de la santé digitale. 

Or, le diagnostic établi par le livre blanc sur la e-santé au Maroc et édité en 2022 par le Centre d’Innovation en e-Santé (CIeS) de l’Université Mohammed 5, a montré que la réalité de la digitalisation du secteur de la santé contraste fortement avec l’essor du numérique au Maroc, qui dispose pourtant d’atouts tangibles comme la banalisation des accès à l’internet haut débit ou l’engouement des usagers pour les services en ligne.

Au Maroc, le Nouveau Modèle de Développement considère la transformation numérique comme un levier de changement et de progrès économique et social, et je pense que cette transition est aussi une alternative réaliste pour construire un système de santé résilient, qui peut mieux appréhender la transition épidémiologique, réduire les disparités dans l'accès aux soins, renforcer les actions de médecine préventive et rationaliser les dépenses de santé des ménages et des payeurs.

Avec l’actuelle implémentation du chantier Royal de la protection sociale et son corolaire, la réforme en profondeur du système de santé, les choses sont en train de changer rapidement. La digitalisation du système de santé, telle que dispose la nouvelle loi-cadre 06-22 relative au système national de santé, est actuellement en bonne marche dans les secteurs public et privé réunis.

Comment la digitalisation peut-elle impacter de manière concrète l’expérience des citoyens/usagers qui font appel à des services de santé? 

La e-santé est capable, du moins en partie, de relever les défis relatifs à la généralisation de la couverture médicale que nous vivons, moyennant la mise en place de systèmes d’information sanitaires nationaux performants, la fourniture de e-services aux usagers des établissements de santé, l’exploitation de l’informatique décisionnelle et du big data, l’introduction du dossier médical partagé ou encore le recours à la télémédecine.

Les technologies comme l’Internet des objets médicaux, l’intelligence artificielle, le Machine Learning, ou les Big Data ont le potentiel d’améliorer le diagnostic médical, les décisions de traitement fondées sur des données ou encore les interventions d’auto-prise en charge (Self-Care). 

Aujourd’hui, l'initiative nationale du Dossier Médical Partagé (DMP) revêt une importance essentielle. Elle représente une étape significative et importante tendant vers une santé digitale et intégrée, permettant un accès centralisé et sécurisé aux données médicales des patients. Son adoption au niveau national contribuera nécessairement à la digitalisation du système national de santé et à l'amélioration globale de la prise en charge de la population marocaine.

Concernant le déroulement du Forum, quels étaient les principaux thèmes débattus ? Et les points ayant soulevé le plus d’intérêt auprès des participants? 

L’IeHF2023 a voulu rassembler l’ensemble des acteurs innovants en matière de santé digitale. Il s’est articulé autour d’échanges animés par des experts nationaux et internationaux. Il a constitué également l’occasion de rencontres B2B pour l’émulation entre acteurs du monde de la santé et des nouvelles technologies, dont les institutionnels, les industriels, les startups, les professionnels, les chercheurs et innovateurs, au sein de l’espace d’exposition, le dôme des innovateurs ou encore les salles de conférences et panels qui ont vu passer plus de 120 intervenants. 

Nous avons voulu mettre en avant le fait que la e-santé est capable de relever de nombreux défis liés à la généralisation de la couverture médicale. Pour cela, les thématiques abordées lors de ce Forum ont été riches et diverses, et ont essayé de répondre autant à des questions d’ordre stratégique qu’opérationnel. Ainsi ont été traité des sujets relatifs à la transformation digitale dans le secteur médical, de l’assurance maladie ou de la formation médicale. Les systèmes d'information en santé, l'échange de données de santé et le dossier médical partagé et leur impact sur la transformation des systèmes de santé. 

La télémédecine et l'accès aux soins à distance pour une amélioration globale de la prise en charge de la population. Les solutions et applications de l'intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique (Machine Learning) en médecine, les équipements médicaux connectés et les IoMT et leur potentiel d'améliorer le diagnostic médical ou les décisions de traitement basées sur les données. Les questions liées à l'interopérabilité ou à la sécurité des systèmes d'information, ainsi que les questions d'éthique et de confidentialité, qui revêtent une importance capixtale dans cette transition ont été également abordés. Enfin, les aspects liés à l’accompagnement technique et financier des jeunes startups en HealthTech ont aussi été évoqués. 

Pourriez-vous nous parler des conclusions du Forum et de sa Déclaration finale? 

Pour cette première édition, nous avons souhaité insister sur la création d'un environnement et d'une culture favorables au développement de la santé numérique. Nous savons que les défis sont multiples et que la conversion numérique doit en effet être holistique et impacter plusieurs axes: gouvernance, sécurité, éthique, technologie, règlementation, formation, financement, attractivité, etc.

Il est donc important de mettre en place des infrastructures nécessaires et faire les bons choix technologiques, renforcer les programmes de formation aux nouveaux métiers du digital, mettre à jour la réglementation et définir les politiques de confidentialité et de sécurité des données médicales des patients. 

Sur le volet économique, il faudrait promouvoir davantage l’investissement dans la e-santé et l’émergence d’une offre nationale en termes de solutions ou d’expertise pour assurer aussi une souveraineté numérique.

Il incombe ainsi aux différentes parties prenantes concernées d’encourager et de promouvoir l’éclosion des partenariats féconds et des synergies entre les différentes composantes du secteur de la santé et des nouvelles technologies, pour mettre en place un environnement favorable à l’émergence d’une « Digital Health Nation ».

Dans ce sens, le CIeS souhaite continuer à assumer un rôle catalyseur et intégrateur des initiatives innovantes visant à faciliter l’émergence de projets numériques porteurs de solutions, en étroite collaboration avec l’ensemble des intervenants de l’écosystème e-santé.

Enfin, l’IeHF organisé par le CIeS, devrait constituer le RDV annuel de rassemblement des acteurs nationaux autour du projet ambitieux et fédérateur de la digitalisation de la santé au Maroc et une fenêtre sur les dernières innovations internationales pouvant enrichir cette dynamique nationale.  

 

Lire aussi

Articles similaires