La politique marocaine de l'eau, un modèle du genre

Seddik Mouaffak Seddik Mouaffak

À l’occasion des négociations sur le climat qui se déroulent  actuellement à Paris, tout le monde est d’accord pour  considérer que les conséquences des changements  climatiques sur les ressources en eau sont potentiellement  dangereuses, voire catastrophiques pour les pays qui connaissent  régulièrement des sécheresses et des inondations. Tout le monde  s’accorde, aussi, à dire que seuls les pays qui ont su à temps mobiliser  leurs ressources hydriques sont en mesure de mieux s’adapter à ces  changements du climat.


Le Maroc peut s’enorgueillir d’être cité souvent comme un exemple  à suivre, notamment, par les pays africains. En effet, la politique de  construction des barrages a permis, à travers 130 grands barrages, de  mobiliser d’importantes ressources de cette denrée rare qu’est l’eau et a  contribué de manière significative au développement socio-économique  du pays tout en luttant efficacement contre les changements climatiques.


Le Royaume aura besoin encore d’autres barrages pour que, à l’horizon  2030, il puisse couvrir environ 5 milliards de m3 supplémentaires, ce  qui exige encore plus une rationalisation et une préservation de cette  ressource, notamment à travers la réutilisation après épuration des  eaux usées. Rappelons que depuis l’indépendance, le Maroc a toujours  considéré l’eau comme un levier et une des priorités du développement  socio-économique et a, à cet effet, élaboré une stratégie à long terme basée  sur la mobilisation de ces ressources par une politique volontariste et  avant-gardiste d’édification de barrages.


Cette politique des barrages, initiée par feu S.M. le Roi Hassan II, et  poursuivie avec persévérance par S.M. Mohammed VI, a contribué à  la satisfaction de l’approvisionnement des secteurs de l’eau potable,  de l’industrie et de l’irrigation et a fait du Maroc un modèle dans la  mobilisation et la valorisation des ressources en eau.  Plusieurs responsables africains en visite au Royaume ont souvent  souligné l’intérêt qu’ils accordent à l’ expérience très avancée du Maroc  en matière de gestion intégrée allant du traitement, à l’utilisation et à la  rationalisation de l’eau, réitérant la volonté de leurs pays de tirer profit de  cette expérience.


Les ressources en eau en Afrique sont considérables, mais la plupart  des pays du continent ne disposent pas des moyens financiers ni des  techniques à même de permettre une meilleure utilisation, ce qui cause  des gaspillages de ces ressources dus à la non rationalisation de leur  utilisation. Le Maroc peut, dans le cadre d’une coopération Sud-Sud  bien réfléchie, aider les pays du continent africain, en leur apportant des  solutions innovantes pour une bonne gestion des ressources hydriques,  mais également efficace et durable.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger