La campagne agricole est-elle sauvée ?

De nouvelles aides seront attribuées aux jeunes et pour le développement des terres collectives, dans le cadre de la création d’une classe moyenne agricole.

Depuis quelques jours, les agriculteurs marocains semblent reprendre de l’espoir. Les pluies sont de retour au Royaume.  Mais sans attendre ces pluies, le ministre de l’Agriculture n’a pas manqué de prendre, très tôt,  le taureau par les cornes en mettant en place les dispositions nécessaires. Aussi, lors de son passage à la Chambre des représentants, le 14 novembre 2022, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, M. Mohammed Sadiki, a expliqué que la production des céréales d’automne au titre de la campagne agricole 2022-2023 s’est chiffrée à 1,1 million de quintaux. Cette production, dit-il,  est composée de variétés appropriées avec des rendements élevés et une qualité garantie, et subventionnée par l’Etat à hauteur d’un tiers du coût de production. Pour la betterave sucrière, la superficie ciblée est de 50.000 hectares, et l’aide destinée aux semences de betterave à sucre est de 1.280 dirhams/hectare. On note aussi concernant les engrais que le marché national sera approvisionné de près de 650.000 tonnes d’engrais de phosphates, avec une stabilité des prix par rapport au niveau de l’année dernière.

Le ministre a également laissé entendre que son département suit de près l’évolution des prix des engrais azotés qui connaissent une certaine baisse au niveau international, en plus de l’examen d’une formule d’intervention de l’État dans certaines chaines centrales de ces engrais pour l’approvisionnement du marché national. Au sujet de la production animale, le ministère poursuit le soutien du fourrage selon les chaines de production et la situation climatique. Sur ce point, Mohamed Sadiki a fait part du soutien des chaines laitières et des viandes rouges pour préserver leur équilibre, la protection de la santé animale à titre gratuit contre les maladies contagieuses, ainsi que l’élargissement des points d’eaux dédiés à l’abreuvement du cheptel selon les régions.

En ce qui concerne l’assurance agricole, le ministre a affirmé que la superficie assurée à été revue à la hausse à 200.000 hectares supplémentaires pour atteindre 1.200.000 hectares, tandis que le volume d’aides prévues dans le cadre du Fonds de développement agricole au titre de l’année 2023 s’établit à 3,7 milliards de dirhams, dans la perspective d’attirer un investissement d’une valeur de 7,4 milliards de dirhams.

Dans ce sens, il a noté que de nouvelles aides seront attribuées aux jeunes et pour le développement des terres collectives, dans le cadre de la création d’une classe moyenne agricole, la révision des aides selon les contrats des programmes de développement des chaines de production. D’autre part, Mohamed Sadiki a précisé que 1.300.000 hectares ont été aménagés dans le cadre du programme des cultures d’automne, dont 11% irrigués, ainsi que 222.000 hectares de cultures d’automne, et le lancement du programme relatif aux céréales d’automne sur une superficie de 50.000 hectares. Pour les cultures sucrières, le ministre a affirmé que 15.000 hectares ont été emblavés, sur 50.000 hectares ciblés, alors que la superficie dédiés aux cultures potagères est de 41.000 hectares, parmi 103.000 hectares ciblés.

Articles similaires