Kits de test américains, cerveau marocain

OTHMAN LARAKI, PDG DE LA START-UP CALIFORNIENNE COLOR

La start-up californienne Color a décidé de reconvertir son infrastructure et ses services dans la fabrication de kits de détection du Covid-19 dans un objectif de “contribution sociale”. Ce qui fait assurément honneur à son PDG, le Marocain Othman Laraki.

Dans le cadre des efforts de lutte contre la pandémie de Covid-19, des entreprises du monde entier se sont mises à produire le matériel et l’équipement nécessaires au personnel médical, même s’il ne s’agit pas de leur coeur de métier. Et parmi elles on peut trouver la start-up californienne Color, spécialisée à la base dans la fabrication de tests génétiques low cost et qui a décidé de reconvertir, le 31 mars 2020, son infrastructure et ses services cliniques pour fournir les Etats-Unis, en attendant éventuellement d’autres pays, en kits de détection du SARSCoV- 2, le virus responsable du Covid- 19, après avoir déjà commencé ces trois dernières semaines par la région de la baie de San Francisco, où elle est basée.

C’est son PDG qui en a fait l’annonce dans une lettre explicative. Et ce dernier n’est rien moins que Marocain: Othman Laraki, qui a cofondé Color en 2013, est un Casablancais pur jus, comme lui-même le revendique sur le blog qu’il tient sur le site de la compagnie -il a vu le jour dans la ville blanche en août 1978. Dans la Silicon Valley, qui regroupe la fine fleur des entreprises technologiques américaines, voire mondiales, il est depuis plusieurs années une figure très en vue, et avant Color il était notamment passé par Google et surtout Twitter, dont il a été bombardé vice-président en charge de la gestion des produits après que le réseau social à l’oiseau bleu a acquis en décembre 2009 sa société Mixer Labs, qu’il avait lancée quelque vingt mois seulement auparavant et qui elle aussi oeuvrait dans le domaine des tests génétiques.

Contribution sociale
Ce type de tests, qui est sans rapport avec les études d’informatique et d’ingénierie financière qu’il a respectivement menées à la prestigieuse Université de Stanford et au MIT au tournant du siècle, représente en fait une véritable passion pour M. Laraki, qui y voit un moyen de prévenir des maladies comme le cancer, dont sa mère a été atteinte deux fois au sein: il s’est avéré que celle-ci est porteuse d’une mutation qui y est favorable, et cela aurait peut-être changé la donne si elle l’avait su préalablement. En 2016, le roi Mohammed VI avait décoré M. Laraki, à l’occasion de la fête du trône, du Wissam Al Moukafâa Al Wathania de 2ème classe.

Dans sa missive précitée, M. Laraki a tenu à souligner que “tout ce que” fait Color “concernant le Covid-19 est une contribution sociale”. “Nous allons subventionner ce que nous pouvons. Nous chercherons des contributions philanthropiques pour couvrir des choses que nous ne pouvons pas subventionner. Et tout ce que nous ne pouvons ni couvrir nous-mêmes ni à travers la générosité des autres se fera au prix coûtant,” a-t-il expliqué. Ce qui, au vu du contexte actuel, lui fait assurément honneur, et particulièrement au Maroc.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger