Khalid Safir, nouveau directeur général de la CDG

Nouvelle fonction, nouvelles ambitions

L’homme est jovial et fort sympathique. Le nouveau patron de la CDG, Khalid Safir, qui vient d’être nommé par S.M. le roi Mohammed VI, est décrit comme un dirigeant pragmatique, animé par une grande volonté de moderniser les services de l’Etat. Là où il passe, il laisse des réalisations qui parlent pour lui. Quand il était wali directeur général des collectivités locales de 2017 à 2022, au ministère de l’Intérieur, il entreprend de grands chantiers pour rénover la gestion publique au niveau des collectivités territoriales.

Doté d’un sens aigu de l’efficacité et de la performance, il accélère le processus de digitalisation des services urbains. Il lance la plateforme électronique «Rokhas», par laquelle les promoteurs immobiliers et autres groupes de construction publics ont un accès plus facile aux autorisations urbanistiques. Grâce à cette plateforme électronique, le Maroc a amélioré son classement dans le classement Doing Business de la Banque mondiale.

Ce lauréat de l’école Polytechnique de Paris en 1991 et de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique de Paris (ENSAE) en 1993 possède également à son actif le projet de digitalisation de la paie du personnel civil et militaire de l’État marocain. Il lance ainsi en 2019 le système digital «@aujour» considéré actuellement comme l’un des plus grands centres de la gestion de la paie publique en Afrique. Un système qui permet de servir plus de 600.000 fonctionnaires et autres membres des Forces armées royales.

Khalid Safir s’est fait connaitre quand il était wali du Grand Casablanca de 2013 à 2017. Les Casablancais se souviennent d’un wali travailleur, attentionné et ouvert à leurs doléances. C’est notamment lui qui a procédé à la restructuration du transport public après de nombreuses années de déboires. C’est également lui qui a aidé à l’assainissement de la gestion des déchets, considéré à l’époque comme la bête noire des dirigeants de la ville.

Ce natif de Settat en 1967 a entamé sa carrière professionnelle en 2004 en tant que directeur de la modernisation des ressources et des systèmes d’information à la Trésorerie Générale, avant d’être nommé en 2006, gouverneur de la préfecture Al Fida-Mers Sultan, puis de la préfecture d’Anfa. De 2011 à 2013, il a occupé le poste de secrétaire général du ministère de l’Économie et des Finances.

Avec sa nomination à la tête de la CDG, Khalid Safir s’offre l’occasion en or de montrer encore davantage l’étendue de ses connaissances en matière de gouvernance publique. Ce père de trois enfants est ainsi appelé à moderniser la structure d’un groupe multi-métiers, aux filières économiques riches et variées qui vont de l’immobilier au tourisme en passant par les services et la finance.