Kamala Harris, une success-story à l'américaine

Première femme vice-présidente des états-unis

Première femme noire à occuper le poste de procureure générale de Californie et deuxième à être élue au Sénat, Kamala Harris est aujourd’hui la première femme vice-présidente des États-Unis. Retour sur un parcours inspirant mais non exempt de zones d’ombre.

“Je serais peut-être la première à ce poste, mais pas la dernière”. C’est avec ce message fort que Kamala Harris s’est adressé aux Américains, samedi 7 novembre 2020, à l’annonce de sa victoire, en tant que vice-présidente aux côtés du président américain Joe Biden. La symbolique de sa consécration est très importante en ces temps d’une Amérique divisée à cause d’une politique «trumpiste» très décriée. Kamala Harris est en effet le symbole d’une success-story à l’américaine, ce pays où tous les rêves sont possibles.

Issue d’une famille d’immigrés, d’une mère indienne devenue scientifique et d’un père jamaïcain venu aux USA étudier l’économie avant de devenir professeur de cette matière à l’université de Stanford, Kamala Harris représente cette richesse et unicité d’une Amérique multiculturelle et multi- identitaire. Une consécration symbolique car il s’agit également d’une première historique. Harris est aujourd’hui la première femme vice-présidente de l’histoire des États-Unis.

Souvent comparée à celle de Barack Obama, sa carrière et son ascension est une véritable source d’inspiration pour les femmes américaines. Kamala Harris débute sa carrière comme adjointe au procureur de district du comté d’Alameda, en Californie, avant d’être élue procureure du district de Californie de 2003 à 2010. Elle devient ensuite la première femme noire à occuper le poste de procureure générale de Californie. En 2016, elle est élue sénatrice de Californie et devient la deuxième femme noire à être élue au Sénat.

Comme ses parents, qui, pour l’anecdote, se sont rencontrés lors de manifestations de lutte pour les droits civiques, Kamala Harris défend plusieurs causes comme le féminisme et le racisme systémique contre les noirs. Toutefois, son parcours n’est pas exempt de contradictions et de zones d’ombres. En militant sans cesse pour les droits des Afro-américains, en tant que procureur, Kamala Harris a failli à ce militantisme dans le dossier des violences policières en Californie.

On lui reproche souvent d’éviter de poursuivre des policiers impliqués dans le meurtre de civils noirs. En 2014, par exemple, elle va refuser d’enquêter sur la mort de deux Afro-américains abattus par la police. Outre ce dossier, on lui reproche également ses positions perçus comme «opportunistes», lors de la campagne présidentielle, sur l’assurance maladie universelle et le salaire minimum. Malgré cela, Kamala Harris est aujourd’hui l’image d’une Amérique source d’opportunités pour tout le monde peu importe son origine, sa religion ou sexe. Elle est surtout une source d’inspiration et de combativité pour des millions d’Américaines, notamment celles issues de l’immigration.

Comme son nom, Kamala Harris, qui signifie fleur de lotus, une fleur symbole de pureté, de prospérité et de longévité, la nouvelle vice-présidente des États-Unis a déjà marqué l’histoire de son pays et son nom restera à jamais gravé dans les annales des droits civiques, de l’émancipation des femmes et des immigrés.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger