Julian Assange : une nouvelle chance d'échapper à l'extradition



Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a obtenu ce lundi 20 mai l'autorisation de la justice britannique pour faire appel de l'ordre d'extradition vers les États-Unis. Assange, détenu depuis cinq ans au Royaume-Uni, fait face à 17 chefs d'accusation d'espionnage et un chef d'accusation d'utilisation abusive d'un ordinateur liés à la publication de documents américains classifiés en 2010.

Agé de 52 ans, Assange a passé sept ans réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres avant d'être incarcéré dans une prison de haute sécurité britannique. Absent du tribunal pour des raisons de santé, son avocat, Edward Fitzgerald, a affirmé que les procureurs n'ont pas assuré que les protections de la presse prévues par le premier amendement de la Constitution des États-Unis s'appliqueraient à Assange, qui revendique son rôle de journaliste.


Les accusations américaines contre Assange reposent sur le fait qu'il aurait encouragé Chelsea Manning, une analyste du renseignement de l'armée américaine, à voler des dossiers militaires que WikiLeaks a ensuite publiés. Ce nouvel appel marque une nouvelle étape dans le combat juridique de longue haleine d'Assange contre son extradition.

Cependant, malgré cette avancée juridique, l'avenir d'Assange reste incertain alors qu'il continue de lutter contre son extradition et ses graves problèmes de santé. Ses soutiens insistent sur les risques de violations des droits humains qu'il pourrait encourir s'il est extradé et emprisonné aux États-Unis.

Articles similaires