Joli jackpot pour l’industrie cinématographique marocaine

TOURNAGE DU FILM “THE ALCHIMIST” AU MAROC POUR 200 MILLIONS DE DH

Le tournage de ce film au Maroc a été acté après la signature d’un contrat de 200 millions de dirhams entre les producteurs et le Centre cinématographique marocain (CCM) en décembre 2020. Soit le deuxième plus gros investissement pour un film étranger dans le Royaume.

En voilà une nouvelle qui va sûrement ravir les passionnés de littérature. Le Maroc accueillera en septembre prochain, le tournage de l’adaptation du célèbre roman L’Alchimiste, de l’écrivain brésilien Paulo Coelho, selon Deadline, site spécialisé dans le cinéma. Ce film «The Alchimist», réalisé par l’Américain Kevin Frakes, verra la participation de grandes stars internationales du septième art, tellse que le comédien britannico-portugais Sebastian de Souza dans le rôle de Santiago, héros du roman, Tom Hollander, Jordi Molla, Shohreh Aghdashloo, ainsi que l’acteur américano-marocain Youssef Kerkour et l’Israélien Ashraf Barhom.

«Les acteurs et l’équipe du film représentent l’authenticité du cadre de l’histoire en Espagne et en Afrique du Nord, ainsi que la diversité d’une production mondiale et diversifiée», explique ce média en ligne, précisant que les réalisateurs Will Smith et Jon Mone produiront le film pour Westbrook Studios, Frakes et Raj Singh pour PalmStar, Gil Netter pour Netter Films, en compagnie du producteur local Zakaria Alaoui. Ce film sera tourné à Marrakech, Essaouira, Erfoud et Fès avant de sortir sur les écrans fin 2022.

Une aubaine pour le CCM
Cette version cinématographique de cet ouvrage très populaire fera sans doute des heureux auprès des amoureux de la lecture. Ce roman, paru en 1988, nous plonge dans l’histoire d’un jeune berger andalou qui part à la recherche d’un trésor enfoui au pied des pyramides. Lorsqu’il rencontre l’Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à «aller au bout de son rêve». Véritable best-seller avec plus de 150 millions d’exemplaires vendus dans le monde, ce livre a été aussi traduit en 56 langues dans 150 pays.

Pour rappel, le tournage de ce film dans le Royaume a été acté après la signature d’un contrat de 200 millions de dirhams entre les producteurs et le Centre cinématographique marocain (CCM) en décembre 2020, soit le deuxième plus gros investissement étranger dans le Royaume pour un film après la série «Homeland», qui a coûté 280 millions de dirhams en 2019, selon Sarim Fassi-Fihri, directeur général du CCM.

En dehors de cette production, une bonne partie du nouveau film égyptien «Ehl El Kahf» (Les gens de la caverne) sera également tournée au Maroc, d’après la presse égyptienne, qui cite son réalisateur Walid Mansour. Ce sera une adaptation d’une pièce de théâtre éponyme rédigée par le célèbre écrivain égyptien feu Toufik El Hakim, qui raconte l’histoire de trois hommes qui reviennent à la vie après un sommeil de trois siècles et qui tentent de s’adapter aux multiples changements qui ont eu lieu durant toute cette période. Car ils n’ont pas le choix, soit ils s’adaptent à leur nouvel environnement, soit ils retournent à la caverne, pour l’éternité.

La reprise des tournages de films étrangers au Maroc constitue une aubaine pour l’industrie cinématographique marocaine, après une suspension de plusieurs mois dictée par la crise sanitaire. Une pandémie qui a entraîné une baisse de 50% du montant total des investissements cinématographiques dans le Royaume en 2020, qui sont passés de 800 millions de dirhams en 2019 à 400 millions de dirhams en 2020.