Interview de Joana Neves, Directrice de l'agence d'investissement et du commerce du Portugal

"Notre but est de promouvoir le Portugal et la qualité de son offre"

Dynamique et entreprenante, Joana Neves, conseillère économique et commerciale de l’ambassade du Portugal au Maroc, a, depuis sa nomination au Maroc il y a quelques mois, oeuvré à promouvoir l’image et la notoriété du Portugal, notamment en organisant le 1er Forum d’affaires Portugal-Maroc, à Casablanca.

En tant que directrice de l’Agence d’Investissement et du Commerce du Portugal, comment parvenez-vous à accompagner les opérateurs portugais dans leurs projets au Maroc?
Ma mission consiste à appuyer les entreprises portugaises et marocaines afin de faire croître les relations bilatérales entre le Portugal et le Maroc, attirer l’investissement marocain au Portugal et promouvoir l’image du Portugal au Maroc. Donc, il faut connaitre et faire valoir les potentialités et atouts de mon pays, son industrie et ses services méconnus. S’il y a des entreprises portugaises qui cherchent à s’installer au Maroc, j’identifie le secteur dans lequel elles évoluent et les lois qui régissent l’implantation d’usines, de succursales ou de filiales, et les barrières à l’entrée. Aussi, nous conseillons les entreprises sur les démarches à suivre. Nous étudions les points forts de l’entreprise elle-même ainsi que l’environnement et les secteurs locaux et établissons des liaisons avec les institutions publiques qui oeuvrent à attirer l’investissement portugais au Maroc, telle que l’AMDIE (Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations), avec laquelle nous déployons un plan commun d’accompagnement des entreprises portugaises. Aussi, j’appuie des missions d’affaires au Maroc au profit d’exportateurs et d’investisseurs portugais.

Vous organisez à Casablanca, les 11 et 12 décembre 2019, un forum d’affaires Portugal- Maroc, le premier de son genre au Maroc. Pensez-vous que ce Forum d’affaires vous aidera à atteindre les objectifs assignés à votre mission?
A travers cet événement, nous voulons aborder une nouvelle ère de prospection des opportunités du marché marocain et de développement des entreprises portugaises. Jusque-là nous avons développé et appuyé des missions d’affaires, mais des plans de communications complémentaires permettraient une connaissance du Portugal plus réelle. Nous ambitionnons, donc, d’exploiter ce genre d’événements pour promouvoir et faire connaitre le Portugal de manière plus profonde que ce que nous faisions jusqu’à ce jour. Le forum d’affaires Portugal-Maroc veut attirer l’attention des professionnels et sociétés marocains et des universités et instituts supérieurs de polytechnique sur la qualité et l’importance de l’offre d’un pays qui est proche du Maroc, soit d’un point de vue géographique ou politique, sachant que le Maroc est un pays ami du Portugal, que les institutions et entreprises publiques et privées marocaines voient le Portugal comme un pays qui a beaucoup d’opportunités et d’atouts à offrir.

La langue est-elle un obstacle?
Non, les Portugais, notamment les jeunes, parlent plusieurs langues étrangères. Selon l’IMD World Talent Report 2018, le Portugal a été classé en 5ème place concernant les compétences linguistiques sur les 63 pays impliqués dans le rapport. Autrement dit, au Portugal vous avez la possibilité d’entendre parler, partout, plusieurs langues étrangères, dont le français.

Avez-vous rencontré, dans le cadre des préparatifs de ce grand événement, des responsables de la CGEM?
La CGEM est notre partenaire dans ce Forum d’Affaires. Elle nous aide à promouvoir le forum auprès de ses membres dans toutes les régions du Royaume à travers ses différentes associations et fédérations mais aussi à travers la préparation des rencontres BtoB entre les opérateurs marocains et portugais. C’est donc un partenaire essentiel qui a une expérience probante dans ce genre d’événements et qui bénéficie d’un positionnement important au Maroc. Il faut également citer les autres partenaires comme l’AMDIE, qui s’est engagée depuis le début dans cette initiative, ainsi que la Chambre de Commerce, Industrie et Services de Casablanca-Settat, et notamment l’AMICA.

Est-ce que vous envisagez déjà des débouchés concrets aux rencontres BtoB?
Notre expérience dans ce genre d’événements nous a appris qu’il y a toujours des résultats concrets à l’issue de ces rencontres. Notre ambition est de programmer entre six et huit réunions d’affaires pour chaque entreprise portugaise. J’ai déjà organisé et mené à bien des missions d’affaires qui ont débouché sur des opportunités de partenariat et d’affaires prometteuses. Cela fait plus de trois semaines qu’une petite équipe, dont je fais partie, est à l’oeuvre pour cibler les entreprises marocaines ayant un grand potentiel et présentant un intérêt certain aux yeux des opérateurs portugais. Nous ferons de notre mieux pour que le Portugal soit bien présent dans la presse marocaine, les salons, les forums…

Qu’est-ce qui attire le plus les opérateurs et investisseurs portugais au Maroc, sachant que les échanges commerciaux bilatéraux ne sont pas à la hauteur de l’excellence des relations diplomatiques?
Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre analyse. Les exportations portugaises au Maroc représentent aujourd’hui presque 3% des exportations globales du pays. Aujourd’hui, les entreprises portugaises s’intéressent de plus en plus au marché marocain car elles se rendent à l’évidence qu’il n’est pas difficile de créer un business ou de le développer. Aussi, nous sommes très sensibles aux orientations du Royaume par rapport à la croissance économique et au soutien aux entreprises étrangères. Par ailleurs, le Maroc offre des incitations et avantages très intéressants aux entreprises étrangères qui veulent s’y implanter.

Les entreprises portugaises participantes à ce forum d’affaires appartiennent à quatre secteurs d’activité: l’automobile, les nouvelles technologies, les matériaux de construction/roches ornementales et l’enseignement supérieur. Pourquoi avoir choisi ces secteurs en particulier?
Il s’agit tout bonnement de secteurs porteurs. S’agissant de l’automobile, l’industrie portugaise a une longue tradition dans les équipements. Les constructeurs automobiles installés au Maroc et les équipementiers portugais peuvent faire bon ménage. Le Maroc a, aussi, besoin de s’allier aux entreprises européennes et notamment portugaises pour le transfert de technologie et la création de plus de valeur ajoutée industrielle. Concernant le secteur des technologies, le Portugais est bien positionné à l’échelle européenne et même à l’international. Nous avons des universités et un enseignement supérieur bien coté à l’international. Le Portugal a été aussi l’un des premiers pays à entrer dans l’ère de la globalisation.

Peut-être que nous portons dans nos gênes l’innovation et la créativité. Ce n’est pas par hasard si le Portugal accueille le Websummit, la conférence la plus importante d’Europe. Pour ce qui est de la construction, le Portugal est un pays de longue tradition dans ce secteur. Nos ingénieurs, notre architecture, notre savoir-faire et nos produits ont une réputation inégalée dans le monde entier.


1 commentaire

  • JEAN LUC PAULHE

    15 Décembre 2019

    www.enviedelisbonne.fr pour vous aider à investir dans ce beau pays

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case