Jawad Ziyat jette l'éponge, Rachid Andaloussi lui succède

Du rififi au Raja

Une série de problèmes financiers et d’affaires internes ont eu raison de l’ancien président, Jawad Ziyat, qui a présenté sa démission, le 19 novembre 2020. Il laisse sa place au premier vice-président, Rachid Andaloussi, pour qui la tâche ne sera pas de tout repos.

Le moins que l’on puisse dire est que le célèbre club de football casablancais, le Raja, connaît des difficultés financières et de gestion très sérieuses. Après la démission, le 19 novembre 2020, de son président, Jawad Ziyat, qui a réussi à redorer le blason du club en lui faisant gagner son 12ème titre de championnat national et tant d’autres prix nationaux et internationaux, le club casablancais vient de choisir un autre président en la personne de Rachid Andaloussi.

Ancien-vice président du club, cet architecte très connu pour oeuvrer activement dans le domaine de la préservation de l’art-déco à Casablanca, en présidant notamment l’association Casa-Mémoires, M. Andaloussi prend désormais, temporairement, les rênes d’un club certes champion du Maroc et détenteur de plusieurs titres continentaux mais en profonde crise financière et sur le plan de la gestion.

Car l’assemblée générale du club, qui devait avoir lieu le 21 décembre 2020, a été reportée en raison de la crise du Covid-19. C’est donc le comité directeur, qui s’est réuni lundi 14 décembre, qui a choisi le premier vice-président pour succéder au président démissionnaire.

Ce dernier, acculé par les problèmes financiers et les affaires internes, a emporté avec lui le secrétaire général du club, Anis Mahfoud, qui a été démis de ses fonctions. Deux autres membres du comité directeur ont présenté leur démission. Il s’agit du trésorier, Imad Haddour et de son adjointe, Naoual El Aidaou. Ces démissions successives ont plongé le club dans une crise profonde dont il est probablement difficile de sortir.

Gestion sportive
Le nouveau président, qui doit assurer cette fonction au moins jusqu’à la fin de la saison, hérite donc d’une situation complexe. Mais, pour ceux qui le connaissent, Rachid Andaloussi, doté de son expérience au sein de l’association et sa connaissance profonde des rouages les plus subtils du club, est bien armé pour surmonter les difficultés auxquelles il sera confronté.

Natif de Casablanca en 1956, ce brillant architecte ayant à son actif professionnel la construction de la Bibliothèque nationale de Rabat et le Grand théâtre de Casablanca, qui n’a pas encore ouvert ses portes, est connu aussi pour son amour historique pour le Raja de Casablanca. Membre du comité directeur du président Abdelhamid Souiri, de 2004 à 2007, Rachid Andaloussi peut s’enorgueillir d’avoir réalisé le centre de formation des verts.

Un lieu sportif performant qui allie modernité, force et efficacité. Avec son élection en tant que nouveau président, c’est une nouvelle page qui s’ouvre dans la carrière de gestion sportive de cet architecte qui veut aussi donner de son mieux pour sauver l’un des clubs de football les plus connus et les plus forts au Maroc, en Afrique et dans le monde arabe.