Le Japon souhaite importer du phosphate marocain

Après le Brésil, c’est au tour du Japon de se tourner vers le Maroc pour sécuriser ses approvisionnements en engrais. Actuellement en visite de travail dans le Royaume, son vice-ministre de l’Agriculture, des forêts et de la pêche, Takebe Arata, a annoncé, lundi 16 mai 2022, que son pays importera prochainement une grande quantité de phosphate et d’engrais pour assurer sa production agricole. «Le Maroc est une puissance mondiale de phosphate et c’est pour cette raison que mon pays est intéressé par l’importation d’une grande quantité d’engrais», affirme-t-il.

«Nous souhaitons importer ces phosphates pour enrichir la production agricole de la prochaine saison de l’automne», a déclaré M. Takebe, qui a rencontré son homologue marocain, Mohamed Sadiki, et Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du développement durable, sans préciser le volume de ces futures importations, ni les dates de livraison.

Pour rappel, les deux pays ont signé des accords de coopération qui vise la formation en mécanisation agricole et professionnelle, le conseil agricole, le développement hydro-agricole, le développement des communautés rurales et l’amélioration du système d’irrigation. Le Japon a aussi financé de nombreux projets au Maroc, notamment dans la formation maritime, la recherche scientifique, le soutien à la pêche artisanale et la coopération liée aux chantiers navals.

Cette visite du vice-ministre japonais fait suite à celle de son homologue brésilien Marcos Montes, qui était venu pour négocier une augmentation des importations d’engrais de son pays, dans ce contexte de guerre russo-ukrainienne marquée par les sanctions contre la Russie, deuxième exportateur mondial derrière la Chine. M. Montes avait d’ailleurs rencontré le président du groupe OCP Mustapha Terrab, lors de son séjour dans le Royaume, qui a annoncé l’ouverture prochaine d’une usine de d’engrais phosphatés du groupe au Brésil.

E.S