Irresistible Maroc, une destination de choix pour les VIP

Ivanka Trump, Jared Kushner, le ministre des Affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan, le président de Sénat chilien… Des hauts politiciens sont tombés sous le charme envoûtant du Maroc, où désert aride, nature époustouflante et traditions côtoient à merveille modernisme et développement.

Après deux années difficile, l’écosystème du tourisme au Maroc retrouve ses forces et s’inscrit dans une nouvelle perspective plus prometteuse. L’affluence des touristes reprend et s’annonce même plus importante après l’importante promotion faite par différentes personnalités politiques qui ont visité le Royaume ce mois.

Ivanka Trump et son mari, Jared Kushner, ont «fait l’impasse sur Miami Beach», selon le Daily Mail, pour leurs vacances d’été 2022 au profit du Maroc. Les deux anciens conseillers à la Maison Blanche auprès du président Donald Trump, père d’Ivanka et beau-père de Jared, se sont envolés en direction du Royaume dès le 1er juillet pour une «retraite privée» et «sans enfants». De Tanger à Dakhla, le couple s’est offert un road trip de luxe.

Ivanka charme avec la «melhfa»
Sur plus de 38 photos partagées sur le Daily Mail ainsi que sur le profil InstaGram d’Ivanka Trump, le couple met en lumière sa visite du musée de la Légation américaine, première propriété publique américaine de l’histoire en dehors des États-Unis, et le Cap Spartel. Ensuite, après une escale à Casablanca et une visite de la mosquée Hassan-II, le couple s’est rendu à Marrakech, avant de découvrir les montagnes de l’Atlas et le village d’Imllil.

Le 6 juillet, Le jeune couple américain est arrivé à Dakhla, au Sahara marocain, où Ivanka Trump n’a pas hésité à documenter les moindres détails de son voyage. Ivanka a alors partagé une photo d’elle vêtue d’une melhfa prise sur la plage de Dakhla. Une photo symbolique, qui rappelle la reconnaissance par son père, Donald Trump, de la souveraineté marocaine sur le Sahara en décembre 2020. Un cliché qui comptabilise déjà plus de 46.000 likes.

Amoureuse du Royaume et particulièrement de ses différentes réformes en faveur des femmes, Ivanka Trump s’est déjà rendue en visite officielle au pays en 2019 pendant trois jours, dans le cadre de la «Women’s Global Development and Prosperity Initiative». Une visite qui a été marquée par le port d’Ivanka de deux caftans, créés par la styliste marocaine Fadila El Gadi, notamment au cours d’un dîner offert en son honneur par le roi Mohammed VI et présidé par la princesse Lalla Meryem.

Pour sa part, Jared Kushner a été l’un des architectes et promoteurs des accords d’Abraham. C’est lui qui a conduit la délégation israélo- américaine à Rabat pour officialiser la normalisation des relations entre le Maroc et Israël fin décembre 2020. Ainsi, cette visite du couple au Maroc ne donne pas seulement de l’élan aux potentiels touristiques du Maroc mais s’inscrit dans la poursuite des relations des Trump avec le Royaume, dans la perspective d’un potentiel retour de Donald Trump à la Maison Blanche ou encore pour leur business. Des États-Unis à l’Asie, politiciens et diplomates ont succombé au charme du Maroc.

Promotion du Maroc
En visite au Maroc début de ce mois de juillet, le ministre des Affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan, a partagé sur ses réseaux sociaux et ceux du ministère une vidéo réalisée par ses équipes lors de ses multiples rencontres et déplacements au Royaume. Intitulée «Cartes postales du Maroc», la vidéo retrace un séjour exceptionnel à Rabat et à Casablanca. Un coup de promotion inespéré et de grande qualité. La vidéo met en valeur l’architecture marocaine, représentée par le mausolée Mohammed-V ou encore la mosquée Hassan-II ainsi que la riche offre culturelle et artistique du pays, grâce notamment aux images prises lors de sa visite au musée Mohammed-VI d’art moderne et contemporain.

Le ministre s’est également rendu dans une synagogue à la rencontre de la communauté juive marocaine, l’occasion de souligner que «le Royaume représente un modèle de tolérance, de vivre-ensemble, d’ouverture et de respect des minorités religieuses », estimant qu’il s’agit de «valeurs spéciales et précieuses».

Après l’affluence des artistes et footballeurs, à la Ville Ocre, Marrakech, notamment avec le festival du Rire, ces coups promotionnels du Maroc par des politiciens de renommée donneront un nouveau souffle pour le secteur touristique, qui représentait, selon les derniers chiffres disponibles en 2019, pas moins de 7% du PIB du Maroc, et qui a durement souffert de l’impact de la pandémie pour plus de deux ans.