Irina Tsukerman : "Ces campagnes pour attaquer le Maroc sont une chasse aux sorcières"

Entretien avec Irina Tsukerman, avocate en droit de l’homme et en sécurité nationale.


Présidente de Scarab Rising, société de conseil américaine spécialisée dans les médias, la communication, la gestion de la réputation et la stratégie de sécurité, Me Irina Tsukerman ne mâche pas ses mots à l’égard de Forbidden Stories et de ses enquêtes à répétition impliquant notamment le Maroc, accusant le consortium médiatique d’agir au profit de “puissants intérêts étatiques et non étatiques”.

Vous êtes souvent très critique à l’égard des enquêtes de Forbidden Stories, notamment la toute dernière sur Team Jorge. Qu’est-ce qui vous fait douter de sa méthodologie?
J’ai étudié la méthodologie de Citizen Lab, Amnesty International et ACCESS NOW, les trois organisations auprès desquelles Forbidden Stories puise ses informations, pendant plusieurs années. Tous les rapports de cette coalition ont été vagues et n’ont pas pleinement révélé leur méthodologie. Un certain nombre d’experts en criminalistique numérique ont publiquement critiqué l’analyse des données liées à Pegasus pour son manque de transparence, son manque de vérifiabilité et d’examen indépendant par les pairs. Des rapports techniques récents et des entretiens menés par des scientifiques en criminalistique numérique ont révélé que ces organisations utilisaient une méthodologie technique défectueuse, incluaient des faux positifs et, en outre, n’avaient pas édité leurs rapports défectueux ou discrédités sur divers sujets.

En d’autres termes, ils n’avaient souvent pas les moyens d’identifier l’infection de manière concluante ou l’événement pour déterminer si les appareils étaient effectivement infectés, et pourtant ils ont signalé leurs conclusions comme étant concluantes. Les efforts déployés par plusieurs universitaires et journalistes pour dialoguer avec toutes ces organisations au sujet de leur méthodologie technique sont restés sans réponse. De plus, ces organisations n’ont pas été en mesure d’adhérer à l’examen indépendant des appareils en question et, dans de nombreux cas n’ont pas identifié les appareils. C’est de la très mauvaise foi et cela soulève des questions quant à savoir si ces organisations avaient effectivement accès ou se sont engagées dans une véritable analyse criminalistique numérique. Enfin, plutôt que de fournir des analyses scientifiques en réponse aux critiques, Forbidden Stories et leurs partenaires se sont engagés dans des campagnes de diffamation/ attaques ad hominem; d’après ma propre expérience avec Forbidden Stories, ils ont également omis de divulguer les conflits d’intérêts de diverses personnes interrogées pour leurs articles et ont manipulé les réponses des personnes qu’ils ont interrogées. Cela a également été le cas dans Team Jorge et d’autres sujets. La fixation sur les groupes israéliens et l’incapacité à traiter d’autres cas de logiciels espions commerciaux ou de surveillance abusive soulèvent également des questions sur l’agenda. Ces rapports ne semblent pas objectifs et fondés sur la recherche, mais plutôt politisés et biaisés.

Diriez-vous que les médias impliqués sont manipulés?
De nombreux médias s’appuient sur des médias bien connus et n’ont pas les moyens de mener des enquêtes indépendantes. Et les grands médias se composent de journalistes plutôt que d’experts techniques; ils s’appuient fréquemment sur les conclusions d’une entité établie et réputée sans aucune capacité indépendante pour les vérifier. Lorsque toute critique de ces rapports est préventivement étouffée par les campagnes de pression des militants de la communauté de la sécurité de l’information, ces journalistes s’appuient sur les seules sources d’information auxquelles ils ont accès. Cependant, il est également vrai que dans de nombreux cas, les journalistes ont un préjugé naturel contre des gouvernements et des groupes particuliers; certaines sont simplement de la surveillance anti-commerciale, d’autres sont anti-occidentales ou anti-israéliennes, et d’autres ont encore l’impression que quiconque prétend être une victime est en fait plus faible et a raison, sans examiner la probabilité que certaines campagnes ne visent pas à dénoncer les abus mais sont des luttes de pouvoir entre différents intérêts pour le contrôle du marché, par exemple.

Forbidden Stories et leurs partenaires du consortium médiatique sont sciemment engagés dans la coordination avec des acteurs politisés; je le sais grâce aux nombreux cas où ils n’ont pas été en mesure d’accorder suffisamment d’espace aux critiques de ces découvertes et aux informations carrément censurées qui étaient contraires à leur agenda. Ainsi, ils n’ont pas rendu compte objectivement d’une controverse majeure, mais ont plutôt manipulé des informations pour tromper les lecteurs et créer une impression particulière. Alors que les petits médias et les journalistes indépendants peuvent être dupés ou manipulés pour suivre des pistes fausses ou inexactes, les grands médias participant à ces campagnes médiatiques n’ont pas une telle excuse.

Pour quelles raisons le Maroc en particulier se trouve-t-il régulièrement visé, à votre avis?
Le Maroc est l’un des pays fréquemment ciblés par ces campagnes, mais pas le seul. En prenant une vue d’ensemble, il existe une coalition d’acteurs géopolitiques majeurs dans diverses sphères, qui comprend l’Inde, l’Azerbaïdjan, le Salvador, l’Espagne, la Grèce, le Rwanda, Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et d’autres qui ont également été ciblés par des campagnes majeures, continues et répétitives. C’est dommage que ces pays ne se parlent pas les uns les autres; ils se concentrent sur les problèmes qui les affectent directement et ne voient donc pas le schéma. En examinant le schéma de ciblage des pays, cela est dû à plusieurs facteurs géopolitiques qu’ils ont en commun: la proximité d’une collaboration perçue avec Israël sur les questions de sécurité; les marchés précieux de l’énergie ou d’autres ressources naturelles -dans le cas du Maroc, ce sont le phosphate et l’or-; des politiques généralement pro-occidentales -opposition aux groupes islamistes, relations de défense étroites avec les États-Unis, attitude critique envers l’Iran, la Russie et/ou la Chine-; des réformes internes en cours et lutte contre la corruption; un nationalisme croissant et une préoccupation pour la souveraineté nationale et les frontières. Le Maroc est géographiquement une intersection entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient, ce qui le rend particulièrement désirable pour de nombreux intérêts, mais il a maintenu une position géopolitique indépendante, de fortes attitudes de souveraineté nationale qui préoccupent les intérêts commerciaux et géopolitiques de certaines parties européennes à la recherche d’un plus grande contrôle, ainsi que des politiques pro-américaines et pro-israéliennes qui ont fragilisé les groupes islamistes et autres anti-occidentaux ainsi que les acteurs étatiques.

De plus, sa position au Sahara et ses frontières maritimes intéressent plusieurs acteurs étatiques qui ne voudraient rien d’autre qu’affaiblir le Maroc et construire des bases militaires mettant en péril la liberté de navigation dans la zone. Le Maroc a également des ennemis puissants -l’Algérie riche en pétrole contrôlée par la junte illibérale qui a joui d’une influence énergétique significative dans le monde, l’Iran, qui a armé et formé diverses organisations terroristes, et la Russie qui, depuis l’époque soviétique, considère Rabat comme un avant-poste occidental empiétant sur sa sphère d’intérêts. Il y a aussi la Turquie d’Erdogan qui cherche à gagner de l’influence en Afrique du Nord pour des raisons économiques et idéologiques et qui a perdu de l’influence en raison de la perte du contrôle politique des partis islamistes. N’oublions pas le Qatar qui entretient publiquement des relations amicales avec le Maroc, mais utilise en privé les médias et finance certaines de ces campagnes et des militants anti-marocains dans le but d’affaiblir les relations du Maroc avec les autres États du Golfe et avec Israël.

Y a-t-il toutefois des chances que le Maroc trempe réellement dans des affaires d’espionnage comme celle de Pegasus, en tout cas telle qu’elle est présentée?
Il ne fait aucun doute que ces campagnes pour attaquer le Maroc sont une chasse aux sorcières menée par une coalition de puissants intérêts étatiques et non étatiques qui cherchent à exercer une influence commerciale, intellectuelle et politique/économique indue et qui sont prêts à saper la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du Maroc. Beaucoup d’entre eux agissent en tant qu’amis et alliés en public, mais abusent de leur accès et de la bonne volonté du Maroc pour obtenir un effet de levier, des informations et saper le Maroc chez lui et à l’étranger de diverses manières. Ils cherchent à isoler le Maroc de sa coopération politique croissante avec les États- Unis et du renforcement de sa position politique à la suite des accords d’Abraham et d’autres alliances géopolitiques. Il suffit d’examiner les résolutions et les campagnes unilatérales qui ignorent les intérêts et les préoccupations légitimes du Maroc en matière de sécurité, ne fournissent pas de preuves d’abus ou d’actes répréhensibles et se concentrent excessivement sur l’utilisation présumée de Pegasus, un logiciel coûteux et hautement réglementé vis-à-vis toutes les autres formes de surveillance possibles. Il ne s’agit pas vraiment des droits de l’homme ou de la lutte contre les abus systémiques, mais plutôt de saper le Maroc et de délégitimer ses relations de sécurité avec Israël.

Certains accusent la DGSE française, y voyant un règlement de compte entre services. Qu’en pensez-vous?
Aucune agence de renseignement ne sera jamais pleinement unie sur aucune question. Chaque agence a diverses factions et intérêts en son sein. Il ne fait aucun doute que certaines factions au sein des services de renseignement français trouvent avantageux d’exercer une influence néocoloniale et corrompue en Afrique du Nord par le biais de manipulations et en conjonction avec d’autres intérêts tout aussi corrompus et destructeurs. Mais il ne fait aucun doute que cette coalition est aussi véritablement une menace ultime pour la sécurité nationale française, car les personnes prêtes à utiliser de telles manipulations pour leurs intérêts personnels et leurs agendas à eux ne sont pas nécessairement préoccupées par leur propre pays; en s’alliant avec des acteurs étatiques et non étatiques anti-occidentaux, ils mettent la France en danger.

Sans aucun doute, il y a aussi des officiers de renseignement français véritablement patriotes, qui pourraient être des alliés importants pour protéger leur propre pays contre ces acteurs égoïstes corrompus et antagonistes. Ces campagnes sont tout autant une bataille pour l’âme des agences de renseignement prises une à une que pour les intérêts et les relations internationales. En définitive, il y a des membres de la DGSE qui ont bénéficié d’une collaboration fructueuse avec leurs homologues marocains, israéliens et autres et qui ne souhaitent pas voir triompher les alliés des terroristes, des extrémistes et des factions criminelles. Ils ne doivent pas être rejetés ou oubliés; la coalition propagandiste n’aimerait rien de plus que polariser les bonnes relations de renseignement, semer la méfiance et les divisions, et empêcher les individus ayant des intérêts communs de travailler ensemble pour les exposer.

D’aucuns font le parallèle entre ce qui était arrivé avec la Turquie à ce qui arrive avec le Maroc maintenant, du fait aussi de l’existence présumée d’une cinquième colonne islamiste alliée à certains milieux hostiles à un redéploiement régional qui intégrerait notamment Israël et écarterait de fait certains acteurs que l’on pourrait qualifier de “traditionnels”. Au final, est-ce qu’en tant que pays qui refuse désormais d’être le pré carré d’une puissance en particulier, le Maroc doitil simplement apprendre à vivre avec les attaques à son encontre?
La Turquie est un acteur régional puissant et a le potentiel de devenir un allié important si les intérêts islamistes et corrompus sont vaincus. Il ne faut jamais abandonner l’espoir que le bon sens et les intérêts nationaux dans la bonne volonté, la prospérité et la sécurité triomphent de la cooptation par les démagogues et les fanatiques. De même, le Maroc qui, dans le passé, a dû faire face à des factions politiques islamistes corrompues a finalement pu aller de l’avant, malgré tous les défis posés par la présence de tels acteurs. Aujourd’hui, nous voyons que ces factions travaillent ensemble pour empêcher le Maroc de grandir, de devenir un acteur de plus en plus important sur la scène internationale et d’avoir un impact plus puissant en tant que pays souverain établissant de grandes relations avec divers alliés.

Ces acteurs sont alimentés par le fanatisme, les moyens financiers et les agendas politiques qui ne peuvent être ignorés pour disparaître ou s’arrêter. Il n’y a aucune raison pour qu’ils s’arrêtent; la corruption tend à s’étendre et à s’exporter si elle est tolérée même par permission tacite. Par conséquent, le Maroc doit activer ses ressources et collaborer avec ses alliés pour exposer ces acteurs, riposter, limiter leur impact et gagner. La victoire et le triomphe des agendas positifs, plutôt que la tolérance des mauvaises idées, devraient toujours être l’objectif.

Articles similaires