Investissements: OBG met à l'honneur la région Dakhla-Oued Ed-Dahab

Les potentialités de la région Dakhla-Oued Ed-Dahab ont été mises en avant dans un «Focus report» du cabinet d’intelligence et de conseil Oxford Business Group (OBG). Le rapport, qui sera publié incessamment, est intitulé «The Report: Morocco-Dakhla 2021». Il s’agit, selon OBG, d’une étude qui évoque les opportunités d’investissement présentes dans la région et les nouveaux projets actuellement en cours afin de développer d’avantage les secteurs des énergies renouvelables, des infrastructures, de la pêche, de l’aquaculture, du tourisme et de l’agriculture.

Le rapport a été réalisé en collaboration avec le Centre régional d’investissement (CRI) Dakhla-Oued Ed-Dahab, et avec le soutien de partenaires publics et privés comme Marsa Maroc, King Pélagique, l’Agence nationale des ports (ANP) et Varun Beverages.

«Dakhla-Oued Ed-Dahab est l‘une des douze régions issues du découpage territorial de 2015. Représentant environ 20% de la superficie totale du Royaume, la région a enregistré ces dernières années une croissance solide, un PIB par habitant deux fois supérieur à la moyenne nationale, et, grâce aux efforts déployés afin de diversifier l’économie et apporter une plus grande valeur ajoutée aux grands chantiers d’infrastructures, notamment portuaires, et aux initiatives visant à améliorer l’environnement des affaires, les investisseurs internationaux sont de plus en plus nombreux à reconnaître le potentiel de croissance de cette dernière», souligne le cabinet OBG.

L’emplacement stratégique au Sud du pays constitue également un atout majeur de la région, sur lequel s’ancre sa stratégie de développement à long terme. Selon Mounir Houari, DG du CRI Dakhla-Oued Ed-Dahab, la région «se positionne comme première porte d’entrée vers l’Afrique».

Et d’ajouter: «L’association d’infrastructures de transport modernes, telles que le nouveau port Dakhla Atlantique, qui a nécessité un investissement d’environ 1,4 milliard de dollars, la voie express Tiznit-Laâyoune- Dakhla, d’une longueur de 1.055 km, et la création de zones industrielles, vont non seulement permettre de stimuler la croissance économique mais également de consolider la position de la région en tant que hub pour ce qui est des échanges commerciaux et des investissements entre le Royaume et l’Afrique sub-saharienne».