L'investissement agricole responsable, une priorité de la coopération sud-sud

Stratégie marocaine dans le domaine agricole

Pour les parlementaires des pays du Sud, il est plus que jamais nécessaire d’inclure le volet d’investissement responsable dans les politiques agricoles et alimentaires publiques.

Le premier vice-président de la Chambre des Représentants, Mohamed Sebbari, a pris part, le 25 novembre 2021, aux travaux d’une visioconférence organisée par l’Association Parlementaire des Nations de l’Asie du Sud-Est (AIPA), en partenariat avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Institut International pour le Développement Durable (IISD), sur le thème ‘’L’investissement responsable dans les domaines agricole et alimentaire’’.

Dans son intervention, le député n’a pas manqué de se pencher sur les répercussions fâcheuses de la pandémie de la Covid-19 dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation, en raison notamment d’une mobilité très réduite et de la rupture de la chaîne de production et d’approvisionnement dans le monde rural, indique un communiqué de la Chambre des Représentants.

Par ailleurs, il a formé le voeu que « le Maroc puisse en sa qualité d’observateur au sein de ladite association, resserrer les liens de coopération entre les pays asiatiques et africains et favoriser les échanges et le partage des expériences en faveur de l’amélioration des conditions de vie des citoyens », avant d’exposer, toujours selon le communiqué, la stratégie marocaine dans le domaine agricole ‘’Plan Maroc Vert 2020-2030’’.

Conditions de vie
Une stratégie, a-t-il expliqué, qui est axée sur la convergence des politiques publiques ayant trait aux domaines de l’agriculture et de l’alimentation, à l’instar du plan hydrique national, le programme intégré de soutien aux entreprises ou encore le feuille de route en matière de formation professionnelle.

Et de préciser que cette stratégie s’assigne pour objectifs de doubler le produit intérieur brut agricole, de promouvoir les exportations, de créer des emplois tout en veillant à améliorer les conditions de vie des exploitants agricoles, outre les efforts en faveur de l’émergence d’une nouvelle classe moyenne avec une génération de jeunes entrepreneurs agricoles.

Abordant la coopération Sud-Sud, un des fondamentaux de la politique étrangère marocaine, Mohamed Sebbari a mis en avant l’implication effective du Royaume dans de nombreux projets agricoles structurants en partenariat avec des pays africains amis, entre autres, le projet d’adaptation de l’agriculture en Afrique qui vise à tirer vers le haut la performance des intervenants dans le secteur ou encore le rôle important de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) dans de nombreux projets concernant les engrais dans le continent africain, ce qui permet ainsi à de nombreux pays africains de tirer profit de l’expérience et l’expertise marocaines dans ce domaine.

Le premier vice-président de la Chambre des Représentants a également relevé le rôle des institutions parlementaires en tant que contre-pouvoir servant à l’évaluation et au recadrage des politiques gouvernementales, outre son rôle législatif et aussi de sensibilisation dans le domaine des chaînes de production et en matière d’alimentation.

Cette conférence a été marquée par la présentation de deux exposés sur les fondamentaux d’un investissement responsable dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation et d’un guide en la matière destiné aux parlementaires. Guide qui sera validé par l’AIPA pour servir de feuille de route en faveur de l’amélioration du climat d’investissement dans les domaines agricole et alimentaire, outre la discussion des moyens d’inclure le volet d’investissement responsable dans les politiques publiques et l’agenda parlementaire.