BP swipe-970x250

Condamnation de l'invasion de l'Ukraine: Rabat s'abstient encore

Pour la deuxième fois consécutive, le Maroc s’est refusé de voter, au niveau de l’Assemblée générale des Nations unies, contre l’invasion russe de l’Ukraine. Portée par la France et le Mexique, la résolution “exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine.” Elle a finalement été adoptée, ce jeudi 24 février 2022, à la faveur de 140 votes positifs, contre cinq votes négatifs et trente-huit abstentions, dont donc celle du Maroc.

Contrairement à la résolution du 2 mars 2022, à la suite de laquelle le ministère des Affaires étrangères avait souligné, dans un communiqué, qu’il s’agissait d’une “décision souveraine” ne pouvant être interprétée comme un “désalignement stratégique” (vis-à-vis de l’Occident, qui considère l’invasion de l’Ukraine comme le visant lui-même), cette fois aucun commentaire n’a été produit par la diplomatie marocaine, mais on peut imaginer que si cela avait été le cas la teneur du propos aurait été la même. Bien qu’ayant dès le 26 février 2022 apporté “son soutien à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de tous les États membres des Nations unies”, le Maroc semble, en effet, y aller avec le dos de la cuillère, tenant, certes, d’un côté à son alliance avec les pays occidentaux et notamment les États-Unis, mais ne voulant de l’autre pas attiser le courroux de la Russie.

Une politique funambulesque illustrée notamment par le double appel passé le mardi 22 février 2022 par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avec ses homologues russe, Sergueï Lavrov, et ukrainien, Dmytro Kuleba -on ne sait pas, à ce jour, ce qu’ils se sont exactement dit. Une politique qui ne plait surtout pas à tout le monde: l’ambassadeur de Finlande à Rabat, Pekka Hyvonen, a notamment critiqué sur le réseau social Twitter le Maroc en écrivant que “l’histoire va montrer que la justice vaincra”, ce qui n’a pas du tout plu aux internautes marocains, qui y ont vu une ingérence de sa part, à telle enseigne qu’il a été amené à supprimer sa publication.

En tout cas, le secrétaire d’État américain, Tony Blinken, doit bientôt se rendre au Maroc dans le cadre d’une tournée régionale devant également le mener en Israël et en Algérie pour vraisemblablement amener les pays concernés à prendre ouvertement position contre l’invasion de l’Ukraine, ce que n’avait pas vraiment réussi à faire sa numéro 2, Wendy Sherman, qui avait également fait le déplacement à Rabat les 8 et 9 mars 2022.

Articles similaires