Interview de Jan Koura : "J’ai été moi-même choqué par l’étendue de la collaboration de Ben Barka avec le StB"

C’est par lui que le scandale est arrivé. Professeur à l’Université Charles de Prague, l’historien tchèque a épluché plus de 1.500 pages d’archives pour en arriver à la conclusion suivante: l’ancien opposant Mehdi Ben Barka a bel et bien collaboré avec le StB, le puissant service de renseignement tchécoslovaque. Il revient avec nous sur ces révélations, récemment relayées par le quotidien britannique The Guardian.

Le quotidien britannique The Guardian a publié le 26 décembre 2021 un article affirmant que Ben Barka travaillait pour le compte des services tchécoslovaques du StB, et cela en se basant sur vos recherches que vous aviez résumées dans votre article “Un éminent espion”, publié début novembre 2020. Dans l’article de The Guardian, vous assurez qu’“il n’y a aucun doute”, et la question que l’on peut vous poser est de savoir s’il n’y a vraiment aucun doute possible? Vous avez dit vous-même qu’“il n’y a pas de document avec sa signature, il n’y a pas d’échantillons de son écriture”.
L’ampleur des documents évoquant la coopération de Mehdi Ben Barka avec le StB est très importante. Malgré le fait qu’une partie seulement du dossier du StB de Ben Barka ait été conservée, il contient encore plus de 1.500 pages de documents interconnectés. Des centaines d’autres documents issus d’autres dossiers personnels, la correspondance opérationnelle des rezidenturas tchécoslovaques (postes d’espionnage de l’ambassade) à Rabat, Paris, Alger et Le Caire, et les dossiers d’autres pays les complètent. Le dossier Ben Barka conserve également certains documents de la correspondance entre le StB et le KGB qui font également référence à Mehdi Ben Barka comme collaborateur du StB.

Il n’y avait aucune raison pour que quiconque falsifie ou modifie des milliers de documents, dont la plupart étaient classés «top secret» et destinés uniquement à l’usage interne des renseignements tchécoslovaques. Les documents prouvent clairement que Ben Barka (nom de code “Cheikh”) s’est vu confier des tâches par les services secrets tchécoslovaques, qu’il se rendait en Tchécoslovaquie à leur demande et qu’il a été récompensé par le StB pour ses services.

C’est vrai que je n’ai trouvé aucun document dans le dossier de Ben Barka qu’il ait signé. Il était très intelligent et prudent. Il voulait être débriefé oralement lors de réunions avec ses commandants et d’autres membres du personnel du StB. Lorsqu’on lui demandait de rédiger ses rapports ou ses analyses, il exigeait toujours une machine à écrire. C’était logique car il faisait souvent des rapports sur des sujets sensibles, y compris des commentaires critiques sur le gouvernement marocain ou ses camarades de parti.

Il s’est probablement rendu compte que s’il y avait un tel rapport avec son écriture, il pourrait être victime de chantage. Si quelqu’un avait l’intention de falsifier des documents concernant la coopération de Ben Barka avec le StB, il commencerait par falsifier la signature de Ben Barka sur l’“acte de collaboration” ou d’autres documents.

Posons la question autrement: y a-t-il une possibilité que pour une raison quelconque, le StB ait voulu laisser entendre qu’il était en contact avec Ben Barka sans que cela soit pour autant vrai?
Au contraire. Mon article dans “Intelligence and National Security” a placé les activités du StB dans le Tiers-Monde dans un contexte plus large. Il montre que certaines de ses actions concernant le Maroc n’ont même pas été consultées avec d’autres ministères tchécoslovaques. Alors que le ministère des Affaires étrangères et le ministère du Commerce extérieur voulaient entretenir de bonnes relations avec le gouvernement marocain, principalement pour des raisons commerciales, le StB a été en contact avec et a payé l’un de ses principaux opposants. Certains hauts responsables tchécoslovaques n’étaient pas heureux vis-à-vis des contacts du StB avec Mehdi Ben Barka, ce qui a provoqué des tensions considérables.

Par exemple, les deux ministères ont refusé de fournir à l’Union nationale des forces populaires (UNFP) les presses à imprimer que Ben Barka avait demandées à travers le StB. Le StB estimait cependant que Ben Barka occuperait à l’avenir des postes politiques importants au Maroc et influencerait ensuite les développements dans ce pays à travers lui. Le gouvernement tchécoslovaque ou les plus hauts responsables communistes n’ont pas approché Ben Barka pour ne pas nuire aux relations diplomatiques avec le Maroc. Lors de sa première visite en Tchécoslovaquie en 1961, Ben Barka a seulement rencontré des représentants des syndicats et de certaines organisations socialistes.

Il n’a jamais été reçu par les plus hauts responsables de l’État comme nous le savons, bien qu’il ait visité Prague au moins dix fois. Le dossier de Ben Barka comprend des reçus pour son hébergement dans des hôtels tchécoslovaques et d’autres dépenses. Ils prouvent que la plupart de ses voyages ultérieurs en Tchécoslovaquie ont été payés par le StB et non par des organisations internationales socialistes ou d’autres organes de l’État tchécoslovaque. Cela le distinguait de certains autres politiciens du Tiers-Monde venus en grand nombre à Prague pendant la guerre froide, souvent aux frais d’une organisation socialiste ou de ministères tchécoslovaques.

Dès les premières révélations du journaliste Petr Zidek en 2007, la famille Ben Barka avait soutenu que les échanges qu’il avait eus avec des responsables tchécoslovaques ne faisaient pas de lui nécessairement un espion, dans la mesure où il se serait agi de simples discussions entre dirigeants du même bord politique. En même temps, on comprend qu’il n’a jamais été vraiment répertorié en tant qu’agent. Ces nuances font-elles une différence à votre avis?
Mehdi Ben Barka n’était pas répertorié comme “agent” mais comme “contact confidentiel”. C’était la deuxième catégorie la plus élevée sur l’échelle de collaboration du StB. La raison pour laquelle il n’a pas été listé comme agent était qu’il ne pouvait pas être en contact régulier avec ses commandants du StB en raison de ses voyages fréquents à travers le monde. Mais cela ne change rien au fait qu’il a activement coopéré avec le StB.

Ce n’était pas seulement au niveau de l’échange d’informations. De nombreux hommes politiques pro-socialistes du Tiers-Monde sont allés à Prague, l’un des centres du monde socialiste, et ont discuté de la situation dans leur pays avec des représentants du Parti communiste tchécoslovaque, du gouvernement ou d’organisations socialistes internationales et ont demandé à la Tchécoslovaquie une aide économique ou militaire.

Mais Ben Barka a été invité à plusieurs reprises à venir en Tchécoslovaquie à la demande du StB, qui a payé ses déplacements et ses services et les commandants du StB lui ont confié des tâches. Ces tâches comprenaient des voyages (payés par le StB) en Guinée en 1961, où il devait chercher des informations pour le StB sur la situation politique, ou en Irak en 1963. Lors de la visite de Nikita Khrouchtchev en Égypte en 1964, il a recueilli des informations pour le StB, qui ont été immédiatement transmises au chef espion du KGB (résident) au Caire, parmi les dirigeants arabes sur les positions qu’ils prendraient dans les négociations avec la délégation soviétique.

Cela, selon le KGB luimême, a contribué à une issue positive des négociations en faveur de l’Union soviétique. Il a également effectué certaines tâches en Algérie pour le StB. Les faits mentionnés ci-dessus m’ont amené à conclure que Ben Barka n’était pas un simple informateur du StB.

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser à Ben Barka?
Mes recherches portent sur la Tchécoslovaquie de la guerre froide et, ces dernières années, sur les activités tchécoslovaques dans le Tiers-Monde, principalement en Amérique latine et en Afrique. Petr Zidek a brièvement mentionné la coopération de Ben Barka avec le StB dans son livre publié en 2009 (“La Tchécoslovaquie et le Moyen- Orient en 1948-1989”, ndlr). Je voulais en savoir plus sur cette relation, mais la motivation principale était d’en savoir plus sur la stratégie, les activités et les méthodes que le StB a utilisées en Afrique pendant la guerre froide et comment le StB a recruté les dirigeants des mouvements anticoloniaux et de libération.

J’ai étudié des dizaines de dossiers personnels du StB conservés sur les collaborateurs étrangers des pays du Tiers-Monde du StB et j’aimerais publier sur ce sujet d’autres articles car j’ai beaucoup de matériel. Bien que certains de ces collaborateurs aient été catégorisés comme “agents”, le niveau de leur coopération n’a parfois pas atteint la même portée que celle que Ben Barka a maintenue avec le StB. Mais encore, il est faux d’appeler Ben Barka un agent. Même le StB ne l’a pas étiqueté en tant que tel bien que l’éventail de la coopération mutuelle soit large.

Selon les documents que vous avez consultés, quelle était l’appréciation du StB sur la personne de Ben Barka?
Les relations entre le StB et Ben Barka ont connu une certaine transformation entre 1961 et 1965. Au départ, Ben Barka n’a pas paru très crédible au StB. Il a donné des informations inexactes et les contacts avec lui n’étaient pas réguliers. Cependant, à partir de 1963, lorsqu’il a commencé à être listé comme “contact confidentiel”, le StB l’a évalué comme une source d’informations très importante, et il était plus disposé à remplir ses tâches.

Le StB espérait pouvoir influencer les développements au Maroc si lui ou son parti étaient au gouvernement. Il est difficile de dire si c’était une idée naïve. Alors que Ben Barka devenait un collaborateur plus fiable, le StB accepta également de le former aux méthodes de renseignement en mars 1965 à Prague. Ce n’est pas sans intérêt que lorsque le KGB a annoncé en octobre 1965 que Ben Barka était en contact avec la Chine (les relations de l’Union soviétique avec la Chine étaient alors très perturbées) et a demandé au StB de cesser immédiatement de coopérer avec lui, le StB a refusé d’obtempérer, arguant que le parti de Ben Barka pourrait bientôt entrer dans le gouvernement marocain et qu’en rompant le contact, la possibilité d’influencer par la suite les développements au Maroc serait perdue. Cela montre que Ben Barka a été un précieux collaborateur du StB en 1965, qu’il ne voulait pas perdre.

Le StB avait-il un agenda dans le monde au début des années 1960, et particulièrement dans le Tiers-Monde, où Ben Barka était plus actif?
La Tchécoslovaquie a suivi la stratégie de l’Union soviétique envers le Tiers-Monde. Cette stratégie était de gagner à leur côté et à l’idéologie socialiste le plus grand nombre possible de pays du Tiers-Monde, où vivait déjà la majorité de la population de la planète dans les années 1960. Le dirigeant soviétique Khrouchtchev croyait que si les pays du Tiers-Monde nouvellement décolonisés pouvaient être gagnés au “camp socialiste”, cela signifierait la victoire soviétique dans la guerre froide. Selon l’un des accords secrets entre le KGB et le StB du début des années 1960, la Tchécoslovaquie s’est engagée à utiliser ses services de renseignement pour atteindre ces objectifs.

Cela devait inclure le soutien aux mouvements de libération nationale, mais aussi essayer de recruter des personnalités influentes du Tiers-Monde. Les services secrets du bloc de l’Est surveillent également de près les mouvements anticoloniaux et leurs représentants. Ben Barka était loin d’être le seul à avoir collaboré avec les services secrets d’Europe de l’Est. Il convient de noter que le StB était en contact avec de nombreux hommes politiques pro-socialistes des mouvements anticoloniaux et de libération, dont beaucoup ont approché les responsables tchécoslovaques ou le personnel du StB eux-mêmes.

La réalité de la guerre froide a divisé le monde en deux grands camps idéologiques. Ben Barka n’a probablement rien vu de mal à coopérer avec le StB. Il semble que cela correspondait à ses convictions politiques dans le contexte de la guerre froide en cours. La question reste ouverte de savoir si, si Ben Barka était arrivé au pouvoir au Maroc, il aurait maintenu une alliance avec le bloc de l’Est ou sa coopération avec le StB n’était-elle qu’un geste pragmatique dans son jeu politique? Je ne connais pas la réponse.

En dehors des documents sur Ben Barka, que trouve-t-on dans les archives du StB sur le Maroc et son régime de l’époque?
Il existe de nombreux documents dans les archives tchèques concernant les relations entre la Tchécoslovaquie et le Maroc dans les années 1960 et 1970. La Tchécoslovaquie a maintenu des relations commerciales avec le Maroc et lui a vendu un grand nombre d’armes en 1967 lorsqu’après l’affaire Ben Barka, le Maroc a commencé à améliorer ses relations avec les pays socialistes.

Je voudrais publier mon prochain article sur ce sujet et inclure également le point de vue tchécoslovaque sur la situation politique interne au Maroc et d’autres activités des services de renseignement tchécoslovaques dans ce pays. Le StB disposait d’un réseau d’informateurs et de collaborateurs au Maroc. Mehdi Ben Barka était loin d’être le seul, mais d’après mes premières constatations, personne n’était une figure aussi importante que lui dans les milieux politiques ou d’affaires. Il faut considérer que la recherche sur les activités du StB dans le Tiers-Monde fait partie de l’histoire de mon pays, ce qui a motivé mon intérêt.

Avez-vous les noms de ces informateurs et collaborateurs marocains dont vous parlez?
J’ai quelques vrais noms de ces collaborateurs et j’ai leurs dossiers personnels. Par exemple, l’un était journaliste et libraire, l’autre travaillait pour le ministère marocain des Finances. Pour d’autres, je n’ai que des noms de code et je n’ai pas leurs fichiers personnels, ou leurs fichiers personnels n’ont pas encore été déclassifiés. La raison pour laquelle ces fichiers ne sont pas encore déclassifiés est que, dans la plupart des cas, ces personnes sont peut-être encore en vie. Mais des quantités de matériel similaires à celles du Maroc sont disponibles pour d’autres pays africains où le StB était actif.

Ce qui est formidable pour nous, historiens, c’est que si un fichier est déjà déclassifié, aucune page n’en est massivement supprimée. C’est une façon de se réconcilier avec notre passé communiste. Il n’y a rien à cacher car le régime communiste n’existe plus. C’est différent des services de renseignement occidentaux. Certains documents de la CIA sont disponibles en ligne, mais ils sont tellement “supprimés” ou certaines parties noircies que les documents sont en fait inutiles. Mais je ne veux pas citer de noms pour l’instant, car l’étude de ces documents nécessite une analyse minutieuse de ce qu’ils faisaient et à quelle échelle ils collaboraient. Je n’ai pas encore le temps d’étudier ces dossiers en détail. Je viens de les regarder brièvement, au cas où ils feraient mention de Ben Barka.

D’après vos recherches, les services tchécoslovaques auraient soupçonné à un moment Ben Barka de travailler également pour la CIA, ce qui aurait eu du sens dans la mesure où les États-Unis auraient été “désireux de soutenir la réforme démocratique au Maroc et de sécuriser le Royaume pour le camp de l’Ouest”, selon The Guardian. Mais en même temps, tout le monde connaît l’alignement de Ben Barka sur Moscou et, même si vous avez bien souligné qu’il aurait pu virer sa cuti à une éventuelle arrivée au pouvoir, cela va tout de même à l’encontre de la politique d’endiguement du communisme des États-Unis. Les documents auxquels vous avez eu accès expliquent-ils cette contradiction?
Ils l’expliquent. En 1962, Ben Barka a annoncé au StB qu’il retournerait au Maroc pour travailler pour l’UNFP en raison de l’évolution de la situation politique du pays. Cela a été une surprise, car un an plus tôt, Ben Barka avait informé le StB de son projet de renverser le roi Hassan II. Selon le StB, son retour au Maroc aurait été stimulé par la pression que les États-Unis et la France avaient exercée sur le Roi pour inviter des membres de l’opposition au gouvernement en échange d’obtenir davantage de prêts financiers pour le Maroc. Selon le StB, les deux pays se disputaient une démocratisation accrue du Maroc et Ben Barka lui-même aurait accepté de poursuivre une action politique en leur faveur à son retour dans son pays d’origine. En 1964, Ben Barka avoua au StB que les États-Unis voulaient vraiment que l’UNFP rejoigne le gouvernement en 1962.

Il a également confirmé qu’il était en contact avec le syndicaliste américain Irving Brown, qui selon certains, serait un collaborateur de la CIA. Selon les informateurs du StB, Irving Brown a remis à Ben Barka un chèque libellé en dollars américains lors d’une rencontre à Paris en 1962, probablement principalement pour soutenir ses activités d’opposition. Après les événements de 1963 au Maroc (complot de juillet, ndlr), les États-Unis ont changé d’attitude envers l’opposition marocaine et le parti de Ben Barka. Cela peut aussi expliquer pourquoi Ben Barka a commencé à coopérer encore plus intensément avec le StB à partir de 1963.

Que disent les documents auxquels vous avez eu accès sur la mort de Ben Barka?
L’information sur la disparition de Ben Barka à Paris en 1965 a suscité un énorme ramdam au siège des renseignements tchécoslovaques. Les rezidenturas de Paris, Rabat et du Caire ont immédiatement reçu des instructions pour obtenir plus d’informations. Tout au long de sa coopération avec le StB, Ben Barka était entré en contact avec plusieurs résidents, officiers de commandement et autres collaborateurs et informateurs qui risquaient de voir leur couverture dévoilée s’il était interrogé. Le siège du StB à Prague a été inondé de télégrammes du réseau de l’agence concernant les circonstances entourant la disparition de Ben Barka.

Les informateurs du StB ont fourni de nombreuses théories sur ce qui est arrivé à Ben Barka, mais l’opinion dominante au sein du StB était dès le début que les services secrets marocains, avec le général Oufkir, étaient directement impliqués dans son enlèvement. Les documents tchèques ne donnent aucun aperçu décisif sur ce qui a motivé l’enlèvement de Ben Barka, même s’ils suggèrent que sa disparition aurait pu être provoquée par des inquiétudes concernant son projet présumé d’organiser un coup d’État au Maroc avec l’aide du StB.

Les fréquents voyages de Ben Barka en Tchécoslovaquie ont attiré l’attention des responsables du gouvernement marocain. Le résident de Rabat rapporta à l’automne 1964 que la rumeur se répandait à Rabat que Ben Barka s’était rendu à Prague pour négocier la formation de groupes de sabotage dans le cadre d’un complot visant à renverser le roi Hassan II. Cette information est apparemment parvenue jusqu’au général Mohamed Oufkir. Cependant, bien que Ben Barka ait demandé à plusieurs reprises au StB de soutenir ses tentatives de renversement de la monarchie marocaine, le StB a toujours refusé. Aucun document ne montre que le StB était réellement disposé à former des groupes subversifs. Il n’a accepté de dispenser une formation au renseignement similaire à celle reçue par Ben Barka au printemps 1965 qu’à plusieurs membres de l’UNFP.

Existe-t-il encore des documents qui pourraient nous renseigner davantage sur les liens entre Ben Barka et le régime tchécoslovaque?
Dans mon article scientifique sur “Intelligence and National Security”, j’ai posé plusieurs questions et mon objectif principal était d’utiliser l’histoire de Mehdi Ben Barka pour démontrer les stratégies, les objectifs et les activités du renseignement tchécoslovaque dans le Tiers-Monde. J’ai lu des milliers de documents liés à cette question et je n’ai pas pu cartographier tous les détails dans l’espace limité de mon article.

Les documents tchèques fournissent des détails supplémentaires concernant la situation politique interne au Maroc, les activités de Ben Barka en Algérie et son travail pour les présidents Ben Bella et Nasser, ses activités dans le mouvement anticolonial, ses contacts avec le StB lors de son séjour à Paris, Genève, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte. Les documents contiennent également des détails supplémentaires sur les visites de Ben Barka en Tchécoslovaquie et les informations qu’il a données. Il reste encore de la place pour de plus amples détails sur les relations entre Ben Barka et la Tchécoslovaquie.

Tout ne pourrait pas tenir dans un article de 23 pages. Dans ce contexte, je tiens à souligner que tous les documents que j’ai utilisés sont à la disposition de tout chercheur et que n’importe qui, après les avoir étudiés, peut confronter mes conclusions. Je regrette que des critiques de mes recherches apparaissent dans certains médias sans que ces personnes n’en voient un seul parmi les milliers de documents que j’ai étudiés. J’ai été moi-même choqué par le nombre de documents et l’étendue de la collaboration de Ben Barka avec le StB.