L’Institut Royal de Police scelle une coopération avec l’Institut Supérieur de la Magistrature

 

L’Institut Royal de Police et l’Institut Supérieur de la Magistrature ont signé, mardi 30 mai 2023, à Kénitra, un mémorandum de coopération visant à développer ensemble les expériences et les expertises en matière formation et à échanger les pratiques dans les domaines d’intérêt commun. Cet accord a été signé en marge d’une rencontre de réflexion organisée par l’Institut Royal de Police, en partenariat avec l’Institut Supérieur de la Magistrature sous le thème « La formation des policiers et des magistrats, élément essentiel d’un procès équitable ».

Pour le directeur de l’Institut Royal de Police, Ahmed Zaâri, la signature de ce mémorandum de coopération entre les deux instituts inaugure un partenariat dans le domaine des échanges des expertises entre les deux établissements, à l’appui de programmes communs de formation et une promotion des compétences dans les domaines sécuritaire et judiciaire.

 « Si ce mémorandum de coopération entre les deux instituts souligne que le coopération, la coordination et l’ouverture sont les principaux mécanismes garantissant un procès équitable et une véritable justice pénale, il convient de noter que notre rencontre de réflexion aujourd’hui s’inscrit dans le droit fil des efforts inlassables en faveur de la réalisation de cet objectif, illustrant également la volonté commune des deux instituts à resserrer leur coopération pour y parvenir », a-t-il affirmé.

Et de souligner que cette ambition partagée s’inspire des Hautes Orientations Royales et de la volonté du Souverain en faveur de la consécration de l’État de droit comme cela a été évoqué dans le Discours Royal adressé à la Nation à l’occasion de la célébration en 2009 de l’anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple.


De même, le directeur de l’Institut Supérieur de la Magistrature, Abdelhanine Touzani a mis en avant l’apport et la portée de ce mémorandum, prélude d’un ambitieux partenariat, insistant sur l’importance de consolider la coopération entre ces deux instituts connus et reconnus pour l’excellence de leur formation, non seulement sur le plan régional mais bien au-delà, sur le plan international.

 « Si la loi est le trait commun entre les lauréats des deux instituts dans leur travail sur le terrain pour maintenir l’ordre et préserver les droits des citoyens, individus et communauté, notamment dans le cadre la police judiciaire, il est aujourd’hui temps de consolider la coopération et la coordination entre les deux instituts selon une nouvelle approche de manière à permettre aux stagiaires et aux professionnels dans les domaines de la police et de la magistrature de se rassembler dans des espaces communs à l’appui d’une nouvelle vision, des orientations claires et des programmes de travail précis », a-t-il estimé.

Il n’ pas manqué aussi de souligner que cette coopération entre les deux instituts est porteuse pour tous à travers l’échange des expériences et des expertises sur les moyens d’améliorer la formation et la maîtrise collective des bonnes pratiques, annonçant l’organisation de rencontres, de réunions de coordination et de sessions communes de formation généraliste, continue et spécialisée au profit des officiers et commissaires stagiaires, des policiers en exercice ainsi que les auxiliaires de justice et les magistrats.

Cette rencontre de réflexion a été l’occasion d’aborder de nombreux thèmes et sujets concernant, entre autres, la déontologie, la formation dans le domaine sécuritaire et des droits de l’homme ou encore les fondamentaux d’un procès équitable. Et ce, présence notamment de magistrats, de représentants du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, de la présidence du ministère public et du ministère de la justice ainsi que des responsables de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN).

Articles similaires